Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 13:36

 

Pendant cet été 2014, s'inspirant des voyages précédemment réalisés par nos amis Jean Francois Chérel (traversée de l'Australie) et Jean Paul Louis (de Tours à Bucarest), de nos voyages effectués à tandem ces dernières années, nous avons traversé pour la troisième fois, l'Europe à tandem et remorque, ralliant cette fois par le sud, Vienne (Autriche) à Le Cabanial (France).

 

Après un aller en train, nous avons rejoint nos amis de l'Usfen 33, à Vienne en Autriche et nous sommes partis le 9 juillet pour découvrir, partiellement, pas moins de 8 pays: l'Autriche, la Hongrie, la Slovaquie, la Serbie, le Montenégro, la Croatie, l'Italie et France, gravissant au passage de nombreux cols et parcourant ainsi 2003km...

 

Lundi 7 juillet 2014. De Toulouse (France) à Vintimille (Italie)

Prendre le train est toujours une joie et prendre le train avec son tandem et sa remorque est toujours un bonheur. Nous traversons donc tout le sud de la France en tâtant au plus près de la réalité sociale de notre pays. Passons la frontière italienne et allons goûter à l'air italien avant un bivouac sur le quai de la gare de Vintimille.

Mardi 8 juillet 2014. Depuis Vintimille (Italie) jusqu'au col du Brenner (Autriche).

Belle journée consacrée à traverser l'Italie du Nord en empruntant 3 trains regionaux et en stationnant un bon moment dans la grande gare de Milan que nous retrouvons avec joie. Dès que l'on reprend le chemin de l'altitude, le climat général s'améliore et change. Nous remontons la magnifique vallée du Brenner pour une nuit dans une salle d'attente calme et chauffée dans la gare internationale du Brenner.

Mercredi 9 juillet 2014 – Arrivée à Vienne (Autriche)

Encore quelques trains aurtrichiens cette fois et nous arrivons à  Vienne. La ville est immense à traverser à tandem, merci le GPS. Nous retrouvons Mircea à l'hôtel avant un repas et surtout une douche bien délassante. Regroupement général du groupe qui se constitue aussitôt. Ce soir nous filons en ville pour nous y perdre...

Jeudi 10 juillet – Visite de la ville de Vienne.

Une belle journée de détente et de visite guidée de la ville. Nous découvrons ébahis cette magnifique ville aux monuments innombrables, visitant entre autres, le palais de Sissi et le parc d'attaction du centre ville. Le retour vers l'hôtel sera moins laborieux que celui de la veille.

Vendredi 11 juillet. Vienne – Bratislava. 60 km

Nous prenons possession des vélos. Chacun trouve engin, selle ou porte bagage qui lui convient. Nous quittons l'hotel, malgré des previsions météo peu plaisantes. Très rapidement pour éviter des axes trop routiers, nous empruntons des pistes et des chemins, mais rendus très boueux par les pluies des derniers jours. C'est un début magnifique et inattendu pour sortir de Vienne. Nous pédalons gentiment jusqu'à la vraie piste cyclable que nous allons suivre pendant tout le reste de la journée. Itinéraire magnifique et spectaculaire qui nous permet d'avaler les kilomètres. Soudain, le ciel se couvre, nous arrivons à Eckertsau, un pavillon de chasse baroque que nous visitons aussitôt. La pluie nous attend et nous cueille à la sortie pour une rincée mémorable. La fin du parcours est heureusement plus sèche. Et ce soir nous dormons dans une péniche. On ne peut pas être plus prêt du Danube...

Samedi 12 juillet  Bratislava – Mosonmagyar. 50km

Ce matin, il fait grand beau. Nous visitons à vélo la ville de Bratislava, capitale de la Slovaquie. Nous longeons le Danube en empruntant une piste cyclable bien ensoleillée. Près de Rajka, nous entrons en Hongrie pour arriver à Mosonmagyarovar, également appelé "la ville aux 17 ponts.”

Dimanche 13 juillet  Mosonmagyar – Gyor. 50km.

Nous pédalons à travers de nombreux petits villages avant d’atteindre Györ. Le centre ville médiéval est situé à la confluence du Raab et de Mosoni-Duna. Nous visitons l’Evêché et sa chapelle gothique, comportant le buste de St. Ladislaus datant du 15e siècle et l’hôtel de ville. Petit déjeuner à  l’hôtel (inclus) Route à velo Mosonmagyar - Gyor Dinner à Gyor (inclus) Hébergement à Gyor

Lundi 14 juillet   Gyor – Tata. 60 km.

Ce matin, jour de fête nationale en France. Nous ne nous défilons pas et entamons une vibrante marseillaise, couleurs hissées,  avant de partir. Un grand moment qui nous vaut les applaudissements de nos amis hongrois et roumains. quittons Györ, pédalons à travers la plaine via Babolna et Kocs. Nous arrivons à Tata. Promenade possible autour du Vieux Lac en et admirant le château du 15e siècle entouré de ses douves. Nuit à Tata ou Tatabánya. Petit déjeuner à l’hotel (inclus) Route à velo Gyor

Mardi 15 juillet Tata – Estergom. 70km.

De Komárom, nous traversons le Danube pour rejoindre la partie Slovaque du parcours, jusqu’à Stúrovo SK) et nous arrivons à  Esztergom (Hongrie). Petit dejeuner à l’hôtel (inclus). Route à velo Tata - Estergom. Diner à Estergom (inclus) Hebergement à Esztergom

Mercredi 16 juillet. Estergom – Budapest. 70km.

La dernière journée commence par un coup d’oeil à la Basilique d’Esztergom, la plus grande et la plus impressionnante église de Hongrie. Nous quittons la ville pour rejoindre la petite ville traditionnelle de Visegrad où l’on peut admirer les ruines du château de Matthias Corvrinus. Budapest est désormais tout proche Hôtel dans le centre de Budapest, facilement accessible en vélo. Hébergement centre ville

Jeudi 17 juillet. Visite guidée Budapest.

Pour ce dernier jour avec nos amis de l'usfen 33, nous visitons la ville. Les beaux endroits y sont très nombreux, tout le monde en profite bien.

Vendredi 18 juillet. De Subotica à Srem. 115km.

Le ciel est couvert ce matin, le temps est donc idéal pour traverser à tandem, la grande plaine serbe. Alors que nous cherchons à quitter la ville, nous sommes interpellés par un couple de Serbes vivant en France. Ils nous offrent le café. C'est un excellent moment d'échange entre nous. Bien dopés par cet excellent démarrage, nous roulons sans problème, à bonne moyenne, à travers une immense plaine agricole. Arrivés à Novi Sad, grande ville serbe nous haltons au centre ville. J'en profite pour appeler Rémi en vacances en Crête. L'après midi est d'un profil plus montagneux avec le franchissement de crêtes au nord de la ville. Et alors que nous commencons à piocher, voici un superbe motel de bord de route, fréquenté par des routiers, qui nous tend les bras.

Samedi 19 juillet. De Srem à Valjevo. 126km.

Le début de notre journée est aussitot rude et montagneux avec une première montée de 12 km. Belle route perdue mais au sommet de cet effort, pas de col repéré. Nous traversons ensuite une longue plaine jusqu'à ce nous atteignons la ville de Ruma.

A midi, nous stoppons devant une petite épicerie de campagne, modeste et sympathique. Je me brule alors l'oesophage en buvant un coca trop froid! Après 30 km de fortes collines, à travers beaux paysages nous arrivons à Savac. Dans cette petite ville, un taxi nous voyant tourner en rond nous indique une modeste pension qui nous convient tres bien. Pas de place pour notre tandem? Pas grave, on le laisse dans le cabinet, tout proche, d'un avocat...

Dimanche 20 juillet. De Valjevo à Pozega. 67 km.

Le début de la journée est un peu brutal et difficile avec des passages raides et irréguliers et des montées pénibles et cassantes dès la sortie de la ville. Nous franchissons d'abord un faux col, sans nom. La route s'enfonce dans une haute vallée perdue entourée d'épaisses forêts. Puis les pentes se  radoucissent et nous découvrons un village au fond de cette vallée abimée par une énorme carriere. Nous attaquons ensuite une belle montée en lacets avec un bon revêtement jusqu'à un nouveau col, très ombragé et accueillant. Col de Bukovi 755m. Nous y prenons un café serbe avant une magnifique descente jusqu'à Pozega ou nous retrouvons nos amis de 2012: Vescna et Grasko.

Lundi 21 juillet De Pozega à Vranesa.  76km.

Après un dernier café avec nos amis serbes, nous filons vers l'ouest. Et aussitôt, c'est l'enfer. La route monte tres fort, en plein soleil et est très fréquentée avec un important traffic de voitures et de camions. On souffre enormément et on a vraiment l'impression de piétiner. Les kilomètres sont longs lents et pénibles. Enfin, après une matinée de galère, la situaion s'améliore et nous quittons la route qui file vers la Bosnie. Nous penétrons dans un immense polje, vallée calcaire élevée et sèche. Le parcours devient aussitot beaucoup plus agréable et spectaculaire. Mais alors que nous stoppons pour le repas de midi, ce sont des coups de tonnerre qui nous obligent à reprendre la route. Il fait très chaud, l'orage monte et le paysage est de plus en plus aride et dégagé. Soudain ô miracle alors qu'apparaissent les premiers éclairs, nous trouvons une chambre pour un prix ridicule. Tout près de nous un paysan appelle ses enfants pour rentrer son foin. Je m'empresse d'aller les aider.La soirée est calme et douce dans ce coin perdu.

Mardi 22 juillet. De Vranesa à Bijelo Polje86km.

C'est notre dernière journée en Serbie. Pour ne pas risquer le meme orage que la veille, nous filons au plus tot. Notre rythme de progression est rapide et efficace. Nous dépassons les villes de Nova Varos et de Prijelo polje. La route emprunte maintenant une vallée plus ou moins étroite, avec de nombreux tunnels. Les paysages sont magnifiques et tres originaux. Avant de quitter la Serbie nous avons l'occasion à deux reprises d'eprouver le sens du contact et de l'échange de nos amis serbes: une premiere fois ce sont des redoutables costauds d'un bar dans lequl nous buvons un café que nous prenons en photo et vers midi a Brodarevo que nous rencontrons Sam: un Serbe travaillant en France. Il nous offre un café et nous parle de la vie des serbes.Quelques coups de pedale et nous arrivons à la frontiere. nouis pénétrons au Monténégro. Il fait toujours aussi beau mais le climat est moins vrai, plus touristique, moins accueillant. Nous dormons dans un hotel de bord de route sans sortir de la chambre de toute la soirée.

Mercredi 23 juillet. De Bjelo Polje à Meterzi. 118km

journee grandiose et dangereuse. Nous roulons d'abord à mojkovac puis sans encombre atteignons Kolasin ou nous rencontrons une americaine marié à un serbe vivant en australie. Nous franchissons sans beaucoup de difficultés le col de Mijoska 1045m. Deux restaurants, pas de panneau, des poubelles, nous filons aussitot. La descente est aussitot belle et impressionnante.  Au bout 5 ou 6 km de descente nous stoppons pour visiter un superbe monastere, tres bien entretenu. nous y rencontrons des Français. Le reste de la descente est terrrible vertigineuse et surtout par endroit dangereuse: étroite, sans bas coté, avec un traffic de camions et bus elle plonge a travers des paysages incroyables tres souvent ponctuée de nombreux tunnels. Jamais éclairés, souvent pas signalés, quelque fois en courbe, nous y vIvons des moments par moment tres difficiles et tres angoissants. Heureuqement il ne se passe rien de facheux et nous pouvons atteindre Podgorica sans dommage. Nous traversons cette drole de capitale et filons vers l'ouest sans avoir trouvé d'hotel. 15 km de plus et nous stoppons à Meterzi  petit village sans gite pour un rzpas cher au restaurant et un bivouac un peu rude.

Jeudi 24  juillet De Meterzi (Monténégro) à (Croatie)

Nous arrivons rapidement à Cetinje, il fait dejà chaud. On se croirait en Grèce. pPas de panneau en ville, nous prenons tout de même la bonne route qui nous mène au col de Cekanje 1006m. Les paysages sont immenses et perdus. Il fait très beau, tout va bien. Nous descendons ensuite dans un plateau suspendu et plus peuplé que nous traversons en entier. Dans un restaurant frequenté par les touristes, nous y rencontrons une famille de Russes à vélo. Puis c'est la plongée magnifique vers Kotor cité aussi belle que surchargée de monde. Bien tuyauté par nos amis Russes, nous filons par le coté gauche de la baie de Kotor. Les paysages de bord de l'eau sont extraordinaires. Nous prenons un bac pour atteindre rapidement la Croatie, ses plages surpeuplées  et son wi fi défaillant.

Vendredi 25  juillet De (Croatie) à Bari (Italie).

Départ matinal et agréable avec un temps calme et frais. Nous prenons la route de bord de mer, pas encore fréquentée, il est trop tôt. Nous arrivons rapidement dans la banlieue de . Mal conseillé par les panneaux à touristes, nous faisons un large tour qui nous évite malheureusement le centre historique. Après quelques hésitations, nous trouvons notre ferry. Un coup de carte bleue et nous voilà à bord pour une traversée très agréable, un peu chargée d'italiens agités mais agréable tout de même.  

         
DE VIENNE EN AUTRICHE A MARSEILLE EN FRANCE A TANDEM REMORQUE

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sage alain 05/07/2016 19:41

Bravo,
Nous venons de faire le tour du sud ouest en tandem avec remorque et ,vue nos âges (140 à nous deux) nous avons monté une petite assistance électrique de dépannage pour démarrer ou dans les côtes trop fortes ou dans le vent (comme l'an dernier en allant de Provence à La Baule)
Notre prochain périple sera Vienne La Provence en passant par l'Eurovélo 6 puis la vallée du Rhône.
Comment avez-vous fait pour transporter le tandem de Toulouse à Vienne (la SNCF me refuse le tandem) ????
Merci pour vos explications et encore bravo.
Alain et Claudine
Chemin de la baronne
84360 Puget
0490088073
0681405676
alain.sage@wanadoo.fr
http://alain.sage.over-blog.com/