Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 21:18

Lundi 27 octobre 2008. 2e jour du voyage. « Arrivée au Népal ! »Trois simples petits mots mais  qui frisent déjà le bonheur.

    Une bonne halte de quelques heures… et nous revoilà dans un autre appareil pour un dernier vol Qatar Kathmandou, peut être un peu plus remuant que le premier, mais tout aussi agréable. Quand les roues de notre avion touchent, notre terre promise à nous, le sol népalais est là.   

    Il est 16h, tout va bien, nous ne sommes même fatigués et déjà heureux. A l’arrivée, le calme qui règne dans l’aéroport nous plait. Peu d’avions sur le tarmac, peu de monde dans les salles, peu de bruit. Quel contraste avec la fureur touristique et commerciale de Roissy ou de Doha.

Les plus dégourdis de l’équipe trouvent un bureau de change qui nous vend des roupies népalaises sans ticket, ni facture. Bah, l’essentiel, c’est de savoir compter et quand on n’a plus de roupies, c’est simple, il suffit d’en racheter. Les passages en douane sont vite expédiés, tous nos bagages sont là et, presque émus, nous sortons de la zone internationale de l’aéroport pour mettre vraiment les pieds sur le sol Népalais.

    C’est la fin de l’après midi ce qui, au Népal, cela signifie rapidement la nuit. Nous avons le temps et la joie d’avoir tous nos bagages, de rencontrer Amar et de sauter dans un minibus qui nous mène, apres une traversée de la ville toujours aussi extraordinaire, jusqu’à l’hôtel Nature.  

    Ce trajet qui constitue pour la majorité d’entre nous, le premier véritable contact visuel avec le Népal est toujours un choc magnifique. Les rues sont encombrées, la ville vivante, animée nous accueille.  Malgré ce que nous ont dit des gens qui n’y sont pas allés, Kathmandou reste Kathmandou et l’on ne peut vraiment pas se croire dans une autre ville du monde.

Nous y retrouvons nos trois amis, Guillemette, Ursula et Jean Paul partis sur Gulf Air un peu avant nous. Il ne manque que Michel qui est déjà loin et haut, quelque part entre Lukla et Namche Bazar.

L’installation rapidement expédiée et nous filons au traditionnel restaurant d’arrivée avec tous ces pieds dessinés sur les murs. Nous qui sommes des marcheurs et des cyclistes cela nous convient parfaitement. Malgré notre grand nombre, le repas et surtout le paiement se passe bien et  rapidement.

Nous profitons du retour à l’hôtel pour appréhender la réalité népalaise avec ces rues encombrées, ces rickshaws, ce mouvement permanent, ce bruit continu et surtout cette impression de détente générale et ce sentiment de sécurité.  


Partager cet article

Repost 0

commentaires