Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 17:41

MONT AIGOUAL  2009.

«Université d’Automne de l’Usfen33 »

 

 

Pour terminer cet été 2009, nous avons choisi de découvrir le  Mont Aigoual  et de sa région ,à cheval sur les departements de la Lozere, du Gard et de l'Aveyron.

 

Du samedi 24 octobre 2009 vers midi au lundi 26 octobre vers 17 h.

 

Dans le gîte d’étape Gîte Communal de Florac. Centre d'Accueil Cévennes. 5 rue du four, 48400 Florac Téléphone : 06 79 95 67 12 pas loin du Mont Aigoual. Nous y sommes en gestion libre à 390 km de Foix, à 165 km de St Rémy de Provence, à 545 km de Bordeaux, à 670 km de Paris, à 345 km de Lile Jourdain,  à 113 km de Mauguio, à 690 km d’Angers,  à 585 km de Tours, à  407 km de St Gaudens...

 

 

 

Mont Aigoual

Situé au sud du Massif central sur la limite entre le Gard et la Lozère, le Mont Aigoual culmine à 1567m. Point culminant du Gard, et second de la Lozère, bastion sud-est du Massif central, le Mont Aigoual est remarquable par son panorama, son climat et son observatoire météorologique. C'est sur ce mont qu'a été entrepris au XIXe siècle la première grande opération de reforestation en France. Situé sur les communes de Valleraugue (Gard) et Bassurels (Lozère), la partie sommitale de l'Aigoual forme un plateau d'altitude supérieure à 1500 m. Il est ponctué par trois sommets. Le dénivelé direct, un des plus importants du Massif Central, atteint 1250m entre le village de Valleraugue et le sommet. La route est obligée, d’ailleurs, d’emprunter les longs lacets de la face nord du plateau de l’Espérou qui mènent à la petite station de l’Espérou (1250 m, d’où l’on peut aussi venir par le col du Minier à 1260 m) puis rejoint le col de la Seyrérède (1300 m, ligne de partage des eaux), passe par le col de Prat Peyrot (1380 m) afin de gagner le sommet au bout de 28 km d'une longue ascension.

Station météorologique, culminant au sommet du Mont Aigoual, construite en 1887 avec beaucoup de peine en raison de la rudesse du climat et sur le modèle original d'un "château fort", avec une puissante tour crénelée sur laquelle est installée la grande table d'orientation. Les relevés d'observations y sont tenus depuis le 1er décembre 1894. C'est actuellement la dernière station de montagne en France occupée toute l'année. Elle propose depuis quelques années un musée sur l'histoire de la météorologie. Au sommet de l'Aigoual, les conditions météorologiques sont souvent extrêmes, l'air océanique et l'air méditerranéen étant sans cesse en confrontation. Ceci vaut au mont Aigoual le privilège d'être un des endroits les plus arrosés de France.  Quelques relevés record : Température maximale: 28,7 °C le 11 août 2003 minimale -28 °C en 1956, Vitesse maximale du vent : 171 km/h en moyenne sur une journée, rafales dépassant 360 km/h le 1er novembre 1968. Hauteur maximale de neige fraîche cumulée en 1 an : 10,39 mètres (hiver 1996). Paradoxalement, c'est à une soixantaine de kilomètres de l'Aigoual seulement, en Camargue, que se situe le point le moins arrosé de France.

Depuis le Moyen âge, la forêt qui recouvrait le massif de l'Aigoual est exploitée pour fournir le bois nécessaire aux verreries, forges et fonderies de la région, ainsi qu'au chauffage des habitations. Parallèlement, l'augmentation de la taille des troupeaux de moutons réclame de plus en plus de pâturages. Vers 1850, le recul de la forêt finit cependant par avoir une grave conséquence : les fortes pluies ravinent le sol nu et des torrents de boue provoquent des inondations de plus en plus catastrophiques dans les vallées, notamment à Valleraugue dans la vallée de l'Hérault Si la volonté de reboiser apparaît dès 1861 et si les premiers travaux sont lancés rapidement, les premières plantations rencontrent l'hostilité des bergers de la région, qui craignent de perdre leurs pâturages et n'hésitent pas à mettre le feu aux jeunes arbres. Le forestier Georges Fabre sera le véritable maître d'œuvre du reboisement et supervisera toutes les plantations à partir de 1875. Il démontre qu'une partie de l'ensablement du port de Bordeaux vient de la terre arrachée par les pluies dans le massif de l'Aigoual, ce qui l'aide à obtenir le financement nécessaire. Fabre crée dix arboretums à différentes altitudes, expositions et natures de terrains pour chercher les essences d'arbres adaptées aux différentes parties du massif. L'Aigoual est devenu, grâce à ses arboretums, un haut lieu du tourisme.

Par temps clair, il est ainsi possible d'observer la mer Méditerranée, les grands causses, la barre massive du mont Lozère au nord, les Monts du Cantal, la chaîne des Pyrénées à l'ouest (Pic du Canigou, pic d'Aneto), et les Alpes à l'est (mont Ventoux, mont Blanc, Écrins, Grand Paradis et mont Viso en Italie), et tout ce qui se trouve dans un rayon de 300 kilomètres.

 

Randonnées Une des plus connues des randonnées du Mont Aigoual est la montée des 4000 marches, qui part de Valleraugue pour rejoindre l'observatoire (plus de 1 200 m de dénivelé).

Le site de l’Observatoire est tout à fait intéressant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires