Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 12:36

 

Licq Atherey/ Pampelune / Licq Atherey.

Récit d'une boucle de 386 km et de 4 jours

à tandem remorque, réalisée

pendant le week end de l'ascension 2012.


Mercredi 17 mai 2012

De Licq Atherey à Aurizberri.

81km.

M. Pascal Igouassel d'Oloron nous a bien préparé notre tandem avec un porte-bagage neuf et solide, de bons pneus et de bons réglages. Merci à lui. Nous pouvons partir.

Au matin, du gîte de Licq Atherey nous prenons la route de l'Espagne avec notre attelage au grand complet: tandem, remorque et  trois sacoches. Tout va bien, le moment  du départ est toujours un moment grisant. Le temps, ce matin, beau et sec, nous pousse à rouler. Tant mieux, partir, c'est beaucoup mieux que le contraire.

Nous dépassons ainsi sans encombre le gite de Logibar, nous roulons gentiment dans ce fond de vallée et nous savons que nous allons arriver rapidement dans du dur ou du très dur. Déjà la montée à Larrau est incroyable avec des ressauts qui dépassent fréquemment les 10%.

Larrau, une bonne petite halte au café et à l'épicerie que nous connaissons et nous continuons. Nous voyant passer, un maçon qui travaille sur son mur nous lance: "Oulala, vous partez vers une montée hors catégorie, j'espère que vous le savez!" Oui, nous le savons, nous savons aussi et surtout que nous allons en baver,  nous ne serons pas déçus. 

Le temps est maintenant magnifique avec un ciel tout bleu et ces incroyables montagnes basques vertes, grises, raides et qui ne ressemblent à aucune autre. D'entrée, l'effort est terrible avec des pourcentages élevés, toujours supérieurs à 8 %, mais comme nous sommes venus pour cela il ne nous viendrait pas à l'idee de faire demi- tour, alors donc on continue, on appuie et on appuie encore. La route déserte et ombragée serpente dans des paysages sublimes. Nous enchainons les virages, les coups de pédales, les kilomètres. Sur notre droite se dresse la masse imposante du pic d 'Orhy, c'est vraiment une superbe montagne mais nous ne sommes pas là pour le gravir, simplement pour le contourner par ses flancs Est. Nous évaluons notre progression en repérant sur ces pentes les points que nous connaissons déjà mais cela n'adoucit pas l'effort à fournir. Voici enfin la sortie de la forêt et les derniers virages avant le premier col. Dieu que c'est dur! C'est magnifique mais vraiment très pénible. Au prix d'un dernier effort nous atteignons le Col d Erroymendi 1362m.

Ascension 2012 002

C'est un grand col, jamais gravi auparavant, nous comprenons aisément pourquoi. Devant, Véro ne s'arrête pas et nous attaquons aussitôt la traversée qui doit nous mener jusqu'à la frontière.  Et là encore, la pente reste forte et exige un effort constant. Je retrouve avec émotion ce secteur découvert sous un orage terrible en 1979 et revu pendant notre Grande Traversée des Pyrénées de 1998.

Voici, enfin, le Port de Larrau  et ses 1573m.

Nous sommes épuisés, ratissés, lessivés, essorés, siphonnés mais heureux d'être arrivés là.  Là aussi, pas de panneau de col donc nous ne stoppons pas et plongeons tout de suite versant Espagnol pour une descente incroyable. Malgré la descente, très vite la fatigue nous stoppe. Une petite cabane de bord de route avec deux chaises improbables nous permet une bonne récupération.

Nous plongeons alors pour une superbe descente de 15 km goutant ainsi du regard, sans efforts, nombre de paysages magnifiques de forêts profondes et de paturages immenses. Nous arrivons à Ochagavia puis à Escarroz ou il nous faut reprendre le sens de la montée pour atteindre le Alto de Remendia 1040m. Col sympathique et accueillant, qui n'a rien à voir avec ses deux précédents cousins gravis dans la matinée.

Il ne nous reste qu'à traverser Abaurrea, Aribe gravir le facile collado Lapizeu pour atteindre Aurizberri et  son camping impeccable. Il est 19h. Nous plantons la tente, le port de Larrau encore pesant sur nos cuisses. 

Ascension-2012-007.JPG

 


  Jeudi 18 mai 2012.

De Aurizberri à Riezu.

79km. 

La nuit a été fraiche, il va falloir penser à acheter un autre sac de couchage... Nous quittons le camping après avoir bien revu l'itinéraire du jour.  La route est large et calme, peu fréquentée, nous roulons facilement. Soudain sur notre droite, surgissant du diable vauvert, voici de très nombreux randonneurs, à pied. Nous comprenons rapidement, nous avons rejoint l'itinéraire de St Jacques de Compostelle. Nous nous saluons chaleureusement, leur nombre est étonnament important. Comme une bonne nouvelle, voici surgissant de la forêt qui nous entoure, le premier col de la journée. 

Alto de Mezkiritz. C'est un flux incessant de jakistes qui nous croisent. Nous en profitons pour boire un petit café à une roulotte amovible, avant de plonger vers le bas de la vallée. Nous traversons aussitôt le village de Erro avant de remonter au col suivant, lui aussi aimable. Puerto de Erro 801m.Ascension 2012 024

De ce point, il nous suffit alors de nous laisser glisser  jusqu'à Pampelune en traversant les villages de Zubiri, Zurain  et Atarrabia. Nous en profitons même pour emprunter l'itinéraire balisé et abrité du chemin de Saint Jacques pendant les derniers kilomètres. 

Nous redoutions la traversée de Pampelune, nous avions tort. C'est une ville accueillante, ouverte, accessible qui se présente face à nous. Vero repère rapidement un superbe parc, nous y déjeunons. C'est mon deuxième passage dans cette ville, le précédent, j'avais 9 ans... Bien évidemment je me souviens de cette visite familiale, mais je dois avouer que je ne reconnais rien quand j'y passe en 2012, 43 ans plus tard. Bien guidés par les GPS de Véro nous traversons le centre ville et trouvons rapidement la direction de Ororbia. Ascension 2012 034Une petite halte dans une station service pour regonfler les pneus et nous repartons. Nous découvrons Etxauri et attaquons une belle mais rude montée. La chaleur devient rapidement forte et ralentit nettement notre progression. Nous longeons alors une superbe crête calcaire ou nichent de nombreux vautours, nous en apercevons  plusieurs qui nourrissent leurs jeunes sur leurs aires.  Voici, après une dernière halte de contemplation, le Alto de Etxauri et ses 840m.

La fin de la journée nous laisse traverser Izurzu puis  Salinas de Oro et enfin  Muez. Nous nous attendons à une ultime remontée épuisante et interminable, il n'en sera rien. Voici, au détour d'un virage Riezu et son camping, calme et accueillant aux très nombreux oiseaux piallant, sifflant, tapant, chantant à tue tête dans les arbres tout proches de notre tente.

lekunberri

Jeudi 18 mai 2012.

De Riezu à Lekumberri.

75 km.

Encore une belle journée de beau temps devant nous, même si au lever, nous découvrons un ciel plûtot nuageux, couvert, légèrement gris. Un beau parcours calme et vallonné nous permet, dès les premiers coups de pédale, de bien avancer. Nous  dépassons Aritzala, premier village de la journée, pour atteindre le gros bourg d'Abarzuza. Véro rentre, sans hésiter, dans l'épicerie du village et assure comme toujours des courses impeccables. Mais hélas l'épicière nous prédit  la pluie. Nous prenons la route du nord donc vaguement inquiets... Nous dépassons rapidement un petit hameau et pénétrons rapîdement dans une vaste zone pastorale fréquentée par chevaux, moutons et vaches.   L'ensemble est absolument magnifique, nous sommes seuls dans cette immensité naturelle et perdue.

 Nous avons largement le temps de goûter à ce moment exceptionnel surtout que nous nous apercevons assez rapidement que la pluie redoutée ne tombe pas et que notre rythme de progression nous permet d'être bien optimistes pour la suite. Notre route est magiquement encadrée par d'immenses murs de pierres sèches, très anciens. C'est vraiment magnifique. 

Voici le Puerto de Lizarraga 1031mAscension-2012-050.JPG. Une belle auberge nous laisse l'envie d'y revenir, probablement en 2014. Nous franchissons le tunnel du col et plongeons dans le brouillard d'une descente enlacée et vertigineuse  jusqu'au village de Lizarraga.

Sur le plat de fond de vallée, alors que nous pédalons rageusement pour oublier le froid de la desc ente, je m'apercois que j'ai certainement égaré la carte et la feuille détaillant notre itinéraire, envolées pendant la descente. Tout en roulant, je cherche et fouille et je dois me rendre à l'evidence, je l'ai perdu. Soudain, miracle, alors que j'informe Véro de la situation, voici que tombe du ciel, un cycliste qui se porte à notre hauteur. Sans dire grand chose, il arbore un large sourire et me tend la carte qu'il a ramassé sur la route pendant sa descente. Incroyable! Nous le remercions et il disparait devant nous....

A Etxarri nous prenons une petite route de campagne qui longe l'autoroute gratuite. Notre route est logiquement dés erte et bien agréable. Nous traversons les villages Lakuntza, Iraneta, Itasperri jusqu'à Irutzun. Là, nous changeons de route et de direction pour franchir  le Paso de las Hermanas 490m, site rocheux, calcaire, incroyable qui affole même notre GPS.

Un dernier rush pour traverser presque toujours seuls, les villages de Goldaratz  et  Urritza et nous arrivons  à Lekumberri. L'accueil au camping est désagréable, bruyant, crétin. Même Véro ne supporte plus les deux imbéciles qui servent de gérants de cet endroit à éviter.

 

Profil riezu lekunberri

Vendredi 19 mai 2012

De Lekumberri à Licq Atherey.

151km.

lekunberri licqL'orage a grondé toute la nuit, il a plu tant et plus pendant une bonne partie de la nuit. Notre tente, comme Véro, a tenu le coup, c'est parfait.

Six heures sonnent au réveil, nous bondissons au dehors pour partir le plus vite possible. Nous quittons ce camping en se jurant de ne jamais y revenir. Nous ne savons pas ou allons nous dormir, certainement vers Baygorri, mais comme le temps est à la pluie, nous supposons que l'étape sera plus longue encore.

Il ne pleut pas encore mais tout est déjà mouillé, trempé des orages de cette nuit. Voici le premier village: Uitzi, situé logiquement au pied  de notre premier col, le Alto de Uitzi 799m, que nous gravissons aussitot après.  Comme il ne pleut toujours pas, nous  plongeons immediatement jusqu'à la petite ville de Leitza. Et là en 2 mn, tout bascule: nous crevons à l'arrière, cassons la fermeture de la sacoche, mes lunettes ont disparu et l'orage se met à tonner! A part ça tout va bien.  Le temps s'arrête, notre petite expédition est plantée, l'averse est violente. Sans se démoraliser, nous réparons la roue, arrière. Pour le reste, on verra plus tard.Ascension 2012 087

Quand la réparation est  terminée, l'orage s'est calmé mais nous ne reverrons pas le soleil de toute la journée. Nous montons alors à grand coups de pédale vers le sommet de la montagne pour  gravir le second col de la journée, le Puerto de Usateguieta 695m  qui marque le début d'un long plat brouillardeux sans vue ni panneau et suivi par une incroyable descente longue de 25km en traversant nombre de villages magnifiques mais toujours très humides: Ezkurra, Askota,  Zubieta, Iturren, Santesteban,  Narbarté. Pas encore trempés, nous faisons une bonne halte dans un bar ou nous dégustons de superbes bocadillos de fort bon gout! Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines, il nous faut repartir pour prendre la direction de la France par la route de Dancharia. Nous remontons alors la vallée du Bastan, en empruntant un axe fréquentée sur lequel les automobilistes espagnols  restent toujours corrects

Ascension-2012-072.JPGJuste au moment ou nous arrivons à Erratzu, l'orage éclate à nouveau, ça gronde dans la montagne et  un véritable rideau d'eau s'abat sur nous. Nous nous réfugions precipitamment dans une étable à moutons ou des ballots de laine sont pour nous les meilleurs des sièges. Ce nouveau coup de chance nous permet d'attendre au sec la fin de l'orage et même d'espérer le soleil.  Quelques 30 mn et 11 km de montée plus tard, par une très belle petite route nous atteignons le Puerto de Ispeguy 672m, notre 3ème col de la journée. La venta du col nous réchauffe, nous rassasie et  nous abreuve.

Quand nous la quittons, il pleut à chaudes larmes. La pluie ne cessera plus jusqu'à notre arrivée à Licq Athérey, quelques 65km plus loin! Nous plongeons aussitot dans la superbe descente pour St Etienne de Baigorry et enchainons sans nous arrêter  la traversée pour Saint Jean Pied de Port.Ascension 2012 078 Il pleut sans arrêt, sans arrêt, sans arrêt. Véro refuse d'admirer les truites sous le pont de St Jean, elle a bien raison, et nous continons. Souvent on nous regarde avec étonnement, on nous encourage, on nous félicite. Nous nous mouillons de plus en plus. C'est maintenant la rectiligne D933 qui nous héberge. Nous dépassons Gamarthe et atteignons  Larceveau  pour une brève halte dans une épicerie. 16h sonnent à l'église, il nous faut repartir avant de nous refroidir. Maintenant, devant nous, les collines vertes et brouillardeuses de St Just Ibarre qui nous séparent de la derniere montée. 15 km d'efforts moyens entre 5 et 8 % de pente  et voilà le  Col Osquich 392m. Il fait froid et très faim. Le restaurant du col refuse de nous servir à manger ("Trop tot"  qu'ils disent! il est 18h...). Véro choisit alors la bonne solution, nous mangeons dans le froid et le très humide nos derniers aliments avant de foncer vers le bas, vers des températures plus acceptables. Ascension 2012 094 Dans la descente, personne ne peut se risquer à essayer de nous doubler tellement nous appuyons sur les pedales et que nous coupons les virages. Voici Musculdy et Mauléon. Sur la droite, une belle route départementale rectiligne qui remonte le Saison. Bonne nouvelle, nous n'aurons  donc pas de collines à traverser alternant montées interminables et descentes glacées. Nous comptons un à un les kilomètres, avec l'aide de nos GPS,   qui nous séparent de la délivrance. 

Voici Gotein  puis Tardets et enfin Licq Atherey. Nous arrivons! Il est 19h, cela fait 12 heures que nous avons quitté Lekumberri. Nous sommes épuisés, lessivés, trempés beaucoup plus que des canards, mais très heureux d'avoir réalisé, ensemble, avec notre tandem, une aussi belle boucle et cette incroyable dernière journée.


Prochaine visite en 2014.

 

Buros      Jeudi 24 mai 2012. SC 

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires