Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 12:15

auvergne-oct-2010 0191

397. Col d'Urdach 456m. 13 mars 2011. Solo. Depuis Issor. Pyrénées Atlantiques.

396. Col des Aberous. 480m. 13 mars 2011. Solo. Depuis Issor. Pyrénées Atlantiques.

395. Col  de Bourcoig 637m. 13 mars 2011. Solo. Depuis Escot. Pyrénées Atlantiques.

394. Col de la Croix du Hourat. 340m. 13 mars 2011. Solo. Depuis Oloron. Pyr Atlantiques.

393. Col du Somport  m.  27 février 2011. Solo. Pyrénées Atlantiques.

392. Col de Redo 985m. 27 février 2011. Pyrénées Atlantiques.

391. Col de Sustary 444m. 19 février 2011. T. Pyrénées Atlantiques.

390. Col de Sucousse. 1216m. 18 février 2011. T. Pyrénées Atlantiques.

389. Col de St Gracie. 1325m. 18 février 2011. T. Pyrénées Atlantiques.

388. Col de Lataillade. 1425m. 18 février 2011. T. Pyrénées Atlantiques.

387. Col de la Hourcère. 1445m. 18 février 2011. T. Pyrénées Atlantiques.

386. Col du Bac. 620m. 13 février 2011.  T. Ariège.

385. Col del Tuquet. 690m. 13 février 2011.  T. Ariège.

384. Col du Buis 675m. 13 février 2011.  T. Ariège.

383. Col de Festes. 677m. 13 février 2011.  T. Ariège.

382. Col des Tougnets.  558m. 13 février 2011.  T. Ariège.

381. Col du Chandelier. 954m. 12 février 2011.  T.  Ariège.

380. Col de La Croix des Morts. 899m. 12 février 2011.  T. Ariège.

379. Col de  Montsegur. 1026m. 12 février 2011.  T. Ariège.

378. Col du Four. 908m. 12 février 2011.  T.  Ariège.

377. Col de La Lauze. 948m. 12 février 2011.  T. Ariège.

376. Col du Somport. 31 décembre 2010. T. Aragon. Espagne.

375. Puerto de Belate. 29 décembre 2010. T. Navarra. Espagne.

374. Arituxelegui Lepoa. 29 décembre 2010. T. Navarra. Espagne.

373. Ursainsko Lepoa . 28 décembre 2010. T. Navarra. Espagne.

372. Elurretxeko Lepoa. 28 décembre 2010. T. Navarra. Espagne.

371. Col du Pourteigt. 24 décembre 2010. T. P. Pyrénées Atlantiques.

370. Col du Portillon. 1293m. 19 novembre 2010. T. Haute Garonne.

369. Col de la Chaumoune . 1155m. 29 octobre 2010. T. Cantal.

368. Col de Mamouche. 1141m. 28 octobre 2010. T. Cantal.

367. Col de Montirargues. 1139 m. 28 octobre 2010. T. Cantal.

366. Pas de Peyrol. 1588m. 28 octobre 2010. T. Cantal.

365.  Col d'Eylac. 1430m. 28 octobre 2010. T. Cantal.

364. Col de Serre. 1325m. 28 octobre 2010.T. Cantal.

363. Col de la Soeur. 1149m. 27 octobre 2010. T. Puy de Dome.

362. Col de Guery. 1208m. 26 octobre 2010.  T. Puy de Dome.

361.  Col de Ceyssat. 1077m. 26 octobre 2010. T. Puy de Dome.

360. Col de la Moreno. 1062m. 26 octobre 2010. T. Puy de Dome.

359. Col de la Ventouse. 964m. 26 octobre 2010. T. Puy de Dome.

358. Hourquette d'Ancizan. 1564m. 3 octobre 2010. T. Hautes Pyrénées. 

357. Col d'Aspin. 1489m. 3 octobre 2010. T. Hautes Pyrénées.

356.Col de Beyrède. 1417m. 3 octobre 2010.  T. Hautes Pyrénées.

355. Col de Hountarède. 475m. 19 septembre. T. Haute Garonne.

354. Port de Bales 1776m. 19 septembre 2010. T. Haute Garonne

353. Col de Hountarède. 475m. 19 septembre 2010. T.  Haute Garonne

352. Col de Hountarède. 475m. 30 août 2010. Haute Garonne.

351. Julier Pass 2284m. 18 août 2010m. Véro. Suisse. T.

tandem suisse 240

350 Ofen Pass 2149m. 17 août 2010. Véro. Suisse. T.

349. Passo del Stevio. 2757m. 16 aout 2010. Véro. Italie. T

348. Reschen Pass 1508m15 août 2010. Véro. Autriche.. T.

347. Finstermüng Pass 1188m 15 août 2010. Véro. Autriche. T

346.Arberg Pass 1793m 14 août 2010. Véro. Autriche  T.

345. Oberal Pass. 2044m. 11 août 2010. Véro. Suisse. T.

344. Furka Pass. 2431m 9 août 2010. Véro.  Suisse. T.

343. Grimsell Pass. 2165m  9 août 2010. Véro.  Suisse. T.

342. Col du Pillon. 1546m 7 août 2010. Véro.  Suisse. T.

341. Col de la Croix. 1732 m; Samedi 7 août 2010. Véro.  Suisse. T.

340.Col de la Forclaz 1526m Vendredi 6 août 2010. Véro. Suisse. T

339. Col des Montets. Vendredi 6 août 2010. Véro. 74. T 

338. Col des Palombières 328m. 9 juillet 2010. S. 64.

337. Col d'Ipharlatzé. 337m. 9 juillet 2010. Pierre. Marie. 64.

336. Col d'Osquich. 500m. 9 juillet 2010. Pierre. Marie. 64.

335. Col des Portes. 631m. 6 juillet 2010. Véro. 13.

334.  Col de Claps. 530m. 6 juillet 2010. Véro. 13.

333.  Col du Grand Sambuc. 615m. 6 juillet 2010. Véro. 13.

332.  Pas des Figuières. 5 juillet 2010. Véro. Maurice.  13.

331. Col de la Madeleine. 448m. 4 juillet 2010. Véro. Bernard. Gilles.  84.

330 Col des Tempêtes. 1829m. 4 juillet 2010. Véro. Bernard. Gilles.  84.

329. Col du Ventoux. 1909m. 4 juillet 2010. Véro. Bernard. Gilles.  84.

328. Col du Portillon. 1293m. 7 juin 2010. S. 65.

327. Port de Balès. 1755m. 7 juin 2010. S. 65.

326. Col de Hountarède. 475m. 7 juin 2010. S. 31.

24mai 003

325. Col de Cherach. 953m. 5 juin 2010. Véro. 65. T.

324. Col de Mortis. 841m. 5 juin 2010. Véro. 65. T.

323. Col de Bouézou. 1009m. 24 mai 2010. S. 64.

322. Pas des Basques. 1560m. 24 mai 2010. S. 64.

321. Col de la Pierre St Martin. 1760m 24 mai 2010. S. 64.

320. Pas de Massaré. 1655m. 24 mai 2010. S. 64..

319. Col de Soudet.  1540m. 24 mai 2010. S. 64.

318. Pas de Guillers. 1436m. 24 mai 2010. S. 64.

317. Pas de Lamayou. 1450m 24 mai 2010. S. 64.

316. Col de Labays. 1351m. 24 mai 2010. Francoise. Jean. 64.

315. Col de Bouezou. 1009m. 24 mai 2010. Francoise. Jean. 64.

314. Col de Houratate.  1009m. 24 mai 2010. Francoise. Jean. 64.

313. Col du Hourat. 365m. 22 mai 2010. Françoise. Marie. Jean. 64.

312. Col d’Espiès. 794m. 21 avril 2010. T. Véro. 09.

311. Col du Four. 884m. 21 avril 2010. T. Véro. 09.

310. Col des Caougnous. 947m . 21 avril 2010. T. Véro. 09.

309. Col de Port. 1250m.  21 avril 2010. T. Véro. 09.

308. Col de la Chioula. 1431m.  21 avril 2010. T. Véro. 09.

307. Col de Marmare 1361m. 21 avril 2010. T. Véro. 09.

306. Col  de Coudons. 883m. 21 avril 2010. T. Véro. 09.

305. Col des 7 frères 1253m. 21 avril 2010. T. Véro. 09.

304. Col du Portel 601m. 21 avril 2010. T. Véro. 09.

303 Col de la Bourade. 685m. 20 avril. 2010. Véro.T. 09

302. Col du Teil.  576m. 20 avril 2010. Véro. T . 09

301. Col de Bignères ou de Sarnac.  576m. 20 avril 2010. Véro. T . 09

300. Col de Charcany. 571m. 20 avril 2010. Véro. T. 09

299. Col de Py. 525m. 20 avril 2010. Véro. T . 09.

298. Col del Bouich. 598m. 20 avril 2010. Véro. T . 09

pâques 2010 015

.

297. Col des Marrous. 991m. 20 avril 2010. Véro. T . 09

296. Col de Jouels. 1247m. 20 avril 2010. Véro. T . 09.

295. Col de Péguere. 19 avril 2010. Véro. T. 09

294.  Col du Portel 1432m. 19 avril 2010. Véro. T .09.

293. Col du Pradel 1341m. 19 avril 2010. Véro. T. 09.

292. Col de la Crouzette. 19 avril 2010. 1375m. Véro. T. 31.

291 . Col des Ares 797m.  4 avril 2010. Véro. T. 31.

290. Col de Bech. 715m. 4 avril 2010. Véro. T. 31.

289. Col de Buret. 589m.4 avril 2010. Véro. T. 31.

288. Col d’Artigaux.  1382m. 4 avril 2010. Véro. T. 31.

287. Col d'Artigascou 1364m. 4 avril 2010. Véro. T. 31.

286. Col de Hountarède 475m. 3 avril 2010. Véro. T.31.

travers-e-Py-TDM-074-copie-1.jpg

285. Col du Pourteig (8).881m. 14 février 2010. S. 64

284. Col du Soulor. 1474m. 7 février 2010. Véro. 65.

283. Col des Portes. 76m. 31 décembre 2009.66. Véro

282. Col de Père Carnera. 67m. 31 décembre 2009. 66. Véro. 

281. Col de Banyuls. 363m. 31 décembre 2009. 66. Véro. 

280. Col Frère. 202m. 31 décembre 2009. Véro. Espagne. 

279. Col des Balistres. 165m. 31 decembre 2009. Véro. Espagne.

278. Col de Père Carnera. 67m. 31 décembre 2009. Véro. 66 

277. Col des Portes. 76m. 31 décembre 2009. Véro.66.

276. Col des Borderes. 1156m. 29 novembre 2009. Véro. Bernard. 65.

275. Col de Marie Blanque (9). 1035m. 28 novembre 2009. Véro. Bernard.64. 

274. Col du Pourteigt. 881m. 28 novembre 2009. Véro.Bernard. 64

273. Col de Bouchet. 608m. 21 novembre 2009. Véro. T. 31.

272. Col d'Ares. 797m. 21 novembre 2009. Véro. T. 31.

271. Col de Bech. 715m. 21 novembre 2009. Véro. T. 31

270. Col de Bures. 595m. 21 novembre 2009. Véro. T. 31

269. Col de Rhodes. 922m. 27 octobre 2009. Véro. T. 30.

268. Col de la Pierre Plantée. 863m. 27 octobre 2009. Véro. T. 12.

267. Col des Fourques. 1040m. 28 octobre 2009. Véro. T. 48

266. Col de l'Homme Mort. 1340m. 29 octobre 2009. Véro. T. 30

265. Col  Minier. 1264m. 29 octobre 2009. Véro. T. 30.

264. Col de Faubel. 1285m. 29 octobre 2009. Véro. T. 30

263. Col de Perjuret. 965m. 28 octobre 2009. Véro. T. 48

262. Col des Fourques. 1040m. 28 octobre 2009. Véro. T. 48.

261. Col de Serreyrede. 1299m. 28 octobre 2009. Véro. T. 30.

260. Col de l'Esperou. 1320m. 28 octobre 2009. Véro. T. 30.

259. Col de Faubel. 1285m. 27 octobre 2009. Véro. T. 30.

258. Col de Rhodes. 922m. 27 octobre 2009. Véro. T. 30.

257. Col de la Pierre Plantée. 863m. 27 octobre 2009. Véro. T. 12.

256. Col de la Pède. 680 m. 680m. 4 octobre 2009. Marie. 65.

255. Col de Palomières. 810m. 4 octobre 2009. Marie. 65.

254 Col  de Lamothe. 381m. 19 septembre 2009. Véro. T. 31.

-cid_69055D33C51E4C7081C62483CD5D2AE0-glizee8f1f8180.jpg

253. Col de Peres. 428m.  19 septembre 2009. Véro. 31. T.

252. Col de Larrieu. 706m. 19 septembre 2009. Véro. 31. T.

251. Col de Louzet. 681m. 19 septembre 2009. Véro. 31. T.

250. Col de St Ignace 169m. 27 août 2009. Véro. 64. T.

249. Col d'Otxondo. 570m. 27 août 2009. Véro. 64. T.

248. Col d'Ispeguy. 672m. 27 août 2009. Véro. 64. T.

247. Col de Haltza. 782m. 26 août 2009. Véro. 64. T.

246. Col de Haritzcurutche. 784m. 26 août 2009. Véro. 64. T.

245. Col de Burdincurutcheta. (2). 1135m. 26 août 2009. Véro. 64. T.

244. Col de Heguichouria. 1319m. 26 août 2009. Véro. 64. T.

243. Col de Bagargiak. (3). 1327m. 26 août 2009. Véro. 64. T.

242. Col d'Orgambidesca (3). 1284m. 26 aout 2009. Véro. 64. T

241. Col de Suscousse (2) 1216m. 25 août 2009. Véro. 64. T.

240. Col de Soudet (2) 1540m. 25 août 2009. Véro. 64. T.

239. Pas de Guillers.  1436m. 25 août 2009. Véro. 64. T.

238. Col de Labays 1351m. 25 août 2009. Véro. 64. T.

237. Col de Bouezou. 1009m. 25 août 2009. Véro. 64. T.

236. Col de Marie Blanque (8) 1035m. 24 août 2009. Véro. 64. T.

235. Col du Pourteigt (7) 881m. 24 août 2009. Véro. 64. T

234. Passo de la Bernina. 2328m. Véro. 9 août 2009. Italie.

233. Col de St Martin. 1500m. Véro.  1er août 2009. 06

232. Col de la Bonette. 2715m. Véro.  1er août 2009.06

231. Col de Raspaillon. 2513m. Véro. 30 juillet 2009. 06

230. Col des Fourches. 2261m. S. 30 juillet 2009.06

229. Col de La Porte 1057m. Véro. 30 juillet 2009.06

228. Col de St Roch. 991m. Véro. 30 juillet 2009.06

227. Col de Nice. 412m. Véro. 30 juillet 2009.06

226. Col de Braus. 2002m. Véro. 30 juillet 2009.06

225. Col de l'Able. 1149m. Véro. 30 juillet 2009.06

224. Col de l'Orme. 1005m. Véro. 30 juillet 2009. 06.

223. Col de La Cabanette. 1672m. Véro. 30 juillet 2009. 06

BONNETTE-2009-246.jpg

 

222. Col de Turini. 1607m. Véro. 30 juillet 2009.06

221. Col de Larche 1991m. 18 juillet 2009. Pierre Rémi Véro  04

220. Col du Montgenèvre 1860m. 18 juillet 2009. 05

219. Col de l'Echelle 1762m. 18 juillet 2009. Pierre Rémi. 05

218. Col du Galibier 2642m. 17 juillet 2009. Pierre Rémi. 05

217. Col du Lautaret 2058m. 17 juillet 2009. Pierre Rémi. 05

216. Col de Palomières 810m. 10 juillet 2009. Véro. T. 65. 

215. Col de Beyrede (2). 1417m. 10 juillet 2009. Véro. T. 65.

214. Col d'Aspin (2) 1489m  10 juillet 2009. Véro. T.  65.

213. Col de Peyresourde. 1569m. 10 juillet 2009. Véro. T. 31.

212. Col de Menté 1349m. 10 juillet 2009. Véro. T.31.

211. Col de la Clin 1246m. 10 juillet 2009. Véro. T.  31.

210. Col du Portet d'Aspet 1069m. 10 juillet 2009. Véro. T.31 

209. Col de la Core. 1395m. 9 juillet 2009. Véro. T. 09.

208. Col du Four. 9 juillet 2009. Véro. T.09

207. Col de Caugnous.  947m. 9 juillet 2009. Véro. T. 09

206. Col de Port. 1249m. 9 juillet 2009. Véro. T.09

205. Port de Pailheres. 2001m. 8 juillet 2009. Véro. T. 09

Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 07:12

204. Col de Trabesses 1940m. 8 juillet 2009. Véro. 09. T

203. Col de Moulis. 1099m. 8 juillet 2009. Véro. 11. T

202.  Col de Garabeil. 1242m. 8 juillet 2009. Véro. 11. T

201. Col de Jau. 1504m. 8 juillet 2009. Véro. 66. T

200. Col de Palomère. 1036m. 7 juillet 2009. Véro. 66. T.

199. Col de Xatard. 752m. 7 juillet 2009. Véro. 66. T

198. Col de Fourtou. 646m. 7 juillet 2009. Véro. 66. T

197. Col de Llauro. 380m.  7 juillet 2009. Véro. 66. T

196. Col de la Bassine. 886m. 18 juin 2009. 81

195. Col de Piquotalen. 1020m. 18 juin 2009. 81

194. Col del la Croix de Deux Sous. 997m. 18 juin 2009. 81. Solo. 

193. Col de Sie 1002m. 18 juin 2009. 81 Solo. 

192. Col de Peyronnec. 879m. 18 juin 2009. 81 Solo. 

191. Col de Marie Blanque. 1035m.  7 juin  2009. 64. Marie .

190. Col du Pourteigt. 881m.  7 juin  2009. 64. Marie .

189. Col de la Serre. 1360m. 24 mai 2009. 65. Véro.

188. Col de Couret. 1360m. 24 mai 2009. 65. Véro.

187. Col de Couraduque 1367m. 2 4 mai 2009. 65. Véro.

186. Col de Spandelles 1378m. 24 mai 2009. 65. Véro.

185. Col du Soulor. 1474m. 22 mai 2009. 65. Véro.

184. Col d'Aubisque 1709m. 22 mai 2009. 64. Véro.

183. Col de  de Bestako. 841m. 3 mai 2009. 64. Véro.

182. Col d'Ihareko 905m. 3 mai 2009. 64. Véro.

181. Col de Landerre. 1070m. 3 mai 2009. 64. Véro.

180. Col d'Apanice. 1044m. 3 mai 2009. 64. Véro.

179. Col d'Inharpu 1029m. 3 mai 2009. 64. Véro.

178. Col d'Ibarburia. 966m. 3 mai 2009. 64. Véro.

177. Col de Burdin Olatze. 892m. 3 mai 2009. 64. Véro.

176. Col d'Arhansus 950m. 3 mai 2009. 64. Véro.

175. Col d'Heguichouria. 1319m. 3 mai 2009. 64. Véro.

174. Col de Bagargiak. 1327m. 2 mai 2009. 64. Véro.

173. Col d'Oragambideska. 1284m. 2 mai 2009. 64. Véro.

172. Col d'Arangaitz. 832m. 1er mai 2009. 64. Véro.

171. Col d'Ilhareko. 905m. 1er mai 2009. 64. Véro.

170. Col d'Inharpu 1029m. 1er mai 2009. 64. Véro.

169. Col d'Ibarburia. 966m. 1er mai 2009. 64. Véro.

168. Col d'Arangaitz. 832m. 1er mai 2009. 64. Véro.

167. Tizi Tacheddirt. 2280m. Maroc. AiméJean François. .Véro.

166. Tizi Ait Imguer. 1470m. Maroc. Aimé. J François. Véro. 

165. Tizi Tichka. 2260m.   Maroc.  Aimé . Jean François. Véro

 164. Tizi Feddrat. 2500m. 12 avril 2009. Maroc. Aimé . Jean François. Véro

 163. Tizi N' Oufti. 2150m. 12 avril 2009. Maroc. Aimé. Jean François. Véro. 

162. Col de Bescurts. 515m. 4 avril 2009. 65. Véro 

161. Col de Tramassel. 1615m. 4 avril 2009. 65. Véro.

alpes-2009-107.jpg 

          160. Col d'Ispeguy. 672m. 29 mars 2009. 64. Solo.

149     159. Col de Marie Blanque. 1035m. 14 mars 2009. 64. Véro.

1         158 Col de Pourteigt 882m . 14 mars 2009. 64. Véro.

           157. Col de St Ignace. 169m. 7 mars 2009. 64. Dominique R.

           156. Col de  St Ignace. 169m. 7 mars 2009 . 64. Dominique R.

           155. Col de Lizuniage. 242m. 7 mars 2009. 64. Dominique R.

           154. Col d'Ibardin. 317m. 7 mars 2009. 64. Dominique R. 

147.   153. Col de Pontraute. 440 m. 28 février 2009. 81. Véro.

        1152. Col de Liberté. 520. 28 février 2009. 81. Véro.

        151. Col de Burdin Olatze. 892m. 24 février 2009. 64. Solo.

         150. Col d'Inharpu (2). 1029m.   24 février 2009. 64. Solo.

        1149. Col d' Ibarburia (2) 963m. 24 février 2009. 64. Solo.

        1148. Col d'Arangaitz (2). 832m. 24 février 2009. 64. Solo

147    147. Col de Sustary.  444m.     24 février 2009. 64. Solo. 

           146. Col du Somport (6). 1632m. 20 février  2009.64.Véro 

            145. Port de Castets. 869 m.  1er février 2009. Véro. 64.  

            144. Col des Bouts. 421 m. 31 janvier 2009.  Véro. 64  

143. Col de Boulogne  Véro.18 janvier 2009. Véro. 09.

142. Col de Bidal. Véro.18 janvier 2009. Véro. 09.

141. Col de Saraillé . Véro.18 janvier 2009. Véro. 09.  

140. Col   de Catchaudégué. 17 janvier 2009. Véro. 09. 

139. Col  de la Core. 1395m. 17 janvier 2008. Véro. 09.

138. Col d'Ares. 23 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

137. Col de Guilla.23 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

136. Col de Seille.23 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

135. Col de L'Ouillat. 938m. 22 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

134. Col de Llauro. 380m. 22 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

133. Col du Perthus. 300m. 22 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

132. Col de Perdiguer. 143m. 21 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

131. Col de Mala Cara. 221m. 21 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

130. Col de  Mollo. 231m. 21 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

129. Col des Gascons. 387m. 21 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

128. Col de Llagastera. 255m. 21 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

127. Col de Banyuls. 363m. 21 décembre 2008. Véro. Pierre. 66.

126. Krairalatok. 1502m.  20 novembre 2008. Véro. Thomas. J François. Népal.

125. Krairalatok. 1502m.  20 novembre 2008. Véro. Thomas. J François. Népal.

124. Col de Pourteigt. 881m. 26 août 2008. Véro.  Pierre. Marie. 64.

123 Col de Marie Blanque. 1035m. 26 août 2008. 64. Véro. Pierre. Marie.

122. Col du Somport. 1362m. 26 août 2008. 64. Véro. Pierre. Marie.

121. Col du Pourtalet.  1794m. 26 août 2008. 64. Véro. Pierre. Marie. 

120. Col du Tourmalet. 2115m.  25 août 2008. 65. Véro. Pierre. Marie. 

119. Col de Bergout. 1164m. 1009m. 19 août 2008. 64. Solo.

118.  Col de Bouezou. 1009m. 19 août 2008. 64. Solo.

117. Col d'Hourataté. 1009m. 19 août 2008. 64. Solo.

116. Col de Labays. 1351m. 19 août 2008. 64. Solo.

115. Col de la Pierre St Martin. 1760m. 19 août 2008. 64. Solo.

114. Col de Soudet. 1540m. 19 août 2008. 64. Solo.

113. Col de St Gracie. 1325m. 19 août 2008. 64. Solo.

112. Col de Suscousse. 1216m 19 août 2008. 64. Solo.

111. Col d'Orgambideska. 1284m. 19 août 2008. 64. Solo.

110. Col d'Iratzabaleta. 1248m. 19 août 2008. 64. Solo.

109. Col de Baguaguiac. 1327m 18 août 2008. 64. Solo.

108. Col de Heguichouria. 1319m.   18 août 2008. 64. Solo.

107.  Col de Burdincurutcheta. 1135m. 18 août 2008. 64. Solo.

106. Col de Sourzay 1100m. 18 août 2008. 64. Solo.

105. Col d'Errozate 1076m. 18 août 2008. 64. Solo.

104. Col d'Orgambidé. 988m. 18 août 2008. 64. Solo.

103 Col d'Arnosteguy. 1236m. 18 août 2008. 64.  Solo.

102. Col Heganzo. 1065m. 18 août 2008. 64. Solo.

101. Col d'Helursaro. 1152m. 18 août 2008. 64. Solo.

100. Col d'Ispeguy. 672m. 17 août 2008. 64. Solo.

99. Col d'Otxondo. 683m. 17 août 2008. 64. Solo.

98.  Col de St Ignace. 169m. 17 août 2008. 64. Solo.

97. Col de Lizuniaga. 230m. 17 août 2008. 64. Solo.

96. Col d'Ibardin. 312m. 17 août 2008. 64. Solo.

mb-nov09.jpg


95. Col Joly. 1989m. 27 juillet 2008. 74. Pierre Rémi Véro

94. Col de Legette. 1776m. 27 juillet 2008. 74. Véro.

93. Col de Lezette. 1785m. 27 juillet 2008. 74. Pierre Rémi Véro.

92. Col des Aravis. 1486m. 27 juillet 2008. 74. Pierre Rémi Véro.

91. Col de Croix Fry. 1467m. 26 juillet 2008. 74. Pierre Rémi Véro.

90. Col de Merdassier. 1500m. 26 juillet 2008. 74. Pierre Rémi Véro.

89. Col des Saisies. 1650m.  26 juillet 2008. 74. Pierre Rémi Véro.

88 Col du Pré 1703m.  24 juillet  2008. 73. Pierre Rémi Véro.

87. Col de Meraillet. 1605m.  24 juillet.  2008.  73. Pierre Rémi Véro.

86. Cormet de Roselend.  1967m.  24 juil 2008. 73. Pierre Rémi Véro

85. Col du Petit Saint Bernard 2188m.  23 juillet  2008.  73.  Pierre Rémi Véro.

84. Col de l'Iseran. 2770m.  21 Juil 2008. 73.  Pierre Rémi Véro. Maurice

83. Col de la Madeleine. 1750m.  20 juil 2008. 73.  Pierre. 

82. Col du Mont Cenis. 2081m.  20 juil 2008.  73.  Rémi JP. Pierre. Maurice

81. Col du Montgenèvre. 1860m. 15 juillet 2008. 05. Solo

80. Col Perdu. 2479m. 14 juillet 2008. 05. Solo.

79. Col de l'Izoard. 2360m. 14 juillet 2008. 05. Pierre. Rémi.

78. Col de Pinodieta. 176 m. 29 juin 2008. 64. Pierre.

77. Col de Lizarrieta. 441 m. 29 juin 2008. 64. Pierre.

76. Col de Domiku. 490m. 29 juin 2008. Espagne. Pierre.

75. Col de Ekisairoko 506m. 29 juin 2008. Espagne. Pierre.

74. Col d'Otxondo 574 m. 29 juin 2008. Espagne. Pierre.

73. Col de Pinodieta. 176 m. 29 juin 2008. 64.Pierre.

72. Col de la Sierra. 1130m. 15 juin 2008.  Espagne. Véro.

71. Col d'Arai 1180m. 15 juin 2008.  Espagne. Véro.

70. Col de la Sierra. 1130m. 15 juin 2008.  Espagne. Véro.

69. Col du Somport. 1362m. 15 juin 2008. 64. Véro.

68. Col d'Ichère. 674m 14 juin  2008. Véro. 64.

Photo-018.jpg

67. Col de Marie Blanque. 1024m. 14 juin  2008. Marie. Véro. 64.

66. Col de Pourteigt. 881m. 14 juin 2008. Véro.  Marie. 64.

65. Col de Grès. 406m. 11 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

64. Col de la Croix Dessus. 403m.  11 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

63. Col du Prat. 438m. 10 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

62. Col des Bancs. 441m. 10 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

61. Col de Cascagne. 623m. 11 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

60. Col de la Fourche. 540m. 11 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

59. Col de la Redoulade. 705m. 11 mai 2008. Pierre. Rémi. Véro.

58. Col de Grès. 406m. 11 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

57. Col de la Croix Dessus. 403m.  11 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

56. Col de Triby. 432m. 10 mai 2008. Véro.

55. Col de l'Auzine 430m. 10 mai 2008. Véro.

54. Grau de Maury. 432m. 10 mai 2008. Véro.

53. Col En Guillem. 498m. 10 mai 2008. Véro.

52. Col de Grès. 406m. 10 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

51. Col de la Croix Dessus. 403m.  10 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi

50. Col du Paradis. 627m. 9 mai 2008. Pierre. Véro. Rémi.

49. Col de Marie Blanque. 1024m. 20 avril 2008. Marie. 64.

48. Col de Pourteigt. 881m. 20 avril 2008. Pierre. Marie. 64.

47. Col d'Iparlatze. 328m. 16 mars 2008. 64. Solo.

46. Col de l'Athénée. 300m. 16 mars 2008. 64. Solo.

45. Col d'Osquich. 392m.16 mars 2008. 64. Solo.

44. Col de Gamia. 503m 16 mars 2008. 64. Solo.

43. Col des Palombières. 337m. 16 mars 2008. 64. Solo.

42. Col d'Arangaitz. 832m.  3 mars 2008. 64. Solo.

41. Col de Landerre. 1072m.3 mars 2008. 64. Solo.

40. Col d'Apanice. 1044m. 3 mars 2008. 64. Solo.

39. Col d'Ilharpu. 1029m. 3 mars 2008. 64. Solo.

38 Col d'Ibarburia. 963m. 3 mars 2008. 64. Solo.

37. Col de Marie Blanque. 1004m. 24 mars 2008. 64. Jean.

36. Col du Somport. 1362m. 23 février 2008. 64. Solo.

35 Col de Hourataté. 1009m. 64. Véro. Françoise. Jean.

34 Col de Bouezou. 1009m. 64. Véro. Françoise. Jean.

33. Col de La Lie. 9 février 2008. 64. Véro.  Françoise. Jean.

32. Col du Somport. 1362m. 8 février 2008. 64. Véro.

31. Puerto de Oroel.1080m. 8 février 2008. Espagne. Véro

30. Col du Somport. 1362m. 8 février 2008. 64. Véro.

 

Photo-011b--9-.jpg

29. Col de Luguet. 657m. 13 janvier 2008. 65. Solo.

28. Col de Coupe. 750m. 13 janvier 2008. 65. Solo.

27. Col de La Pède. 680m. 13 janvier 2008. 65. Solo.

26.Col de Palomières. 810m.13 janvier 2008. 65. Solo.

25.Col de Legarre. 349m. 30 décembre 2007. 64. Solo.

24.Col de Gorsopil. 662m . 30 décembre 2007. 64. Solo.

23.Col de Mehatche. 700m. 30 décembre 2007. 64. Solo.

22.Col des Veaux. 570m. 30 décembre 2007. 64. Solo.

21.Col d'Iguskiegui 567m. 30 décembre. 64. Solo.

20.Col de Couret. 1360m. 8 dec 2007. Véro.

19.Col de Couraduque. 1367m. 8 dec 2007. 65. Véro.

18.Col des Bordères. 1156m. 8 dec 2007. 65. Véro.

17.Col de St Ignace. 169m.11 nov 2007. Françoise. Jean.

16.Col de Lizarrieta. 444m. 11 nov 2007. 64. Francoise. Jean.

15.Col d'Ibardin. 312m. 11 nov 2007. 64. Francoise. Jean. 

14.Col d'Ispeguy 672m. 10 nov 2007. 64. Solo.  

13.Col d'Otxondo 683m. 10 nov 2007. 64. Solo. 

12.Col de Pinodieta 176m. 10 nov 2007. 64. Solo.

11.Col du Ventoux. 1909m. Oct 07. Pierre. Rémi. Véro. Maurice. Stéphane.

10.Col des Tempêtes. 1829m. Octobre 2007. Pierre. Rémi. Véro.

9.Col de Beyrede. 1417m. Sept 2007. Solo.

8.Col d'Aspin. 1489m. Sept 2007. Marie.

7.Col du Soulor. 1474m. Août 2007. Pierre. 65.c

6.Col d'Aubisque. 1709m Aout 2007. Pierre. 64. 

5.Col Osquish. 392m. Août 2007. Marie. Françoise. 64.

4.Col Ipharlatze. 328m. Août 2007. Marie. Pierre. 64.

col de Banyuls

3. Col du Soulor. 1474m. Juin 2007. Marie. Pierre. 65.

2.Col de Marie Blanque. 1024m. Juin 2006. Marie. 64.

1.Col de Pourteigt. 881m. Juin 2006. Marie. 64.

Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 15:07

Vendredi 24 décembre 2010.

 

Ascension du Col de Pourteigt (petit frère du col de Marie Blanque) depuis Buros. Temps froid, humide. Petite neige à la cote de Sévignacq et neige sur la route à partir de Bilhères en Ossau. Au col beaucoup de neige, du calme. Un grand moment. Retour par le meme itinéraire. Total 100km environ.

 

 

DIMANCHE 19 DECEMBRE 2010

 

SAINT GAUDENS (31) / BUROS (64): 117 km.


  P1070191P1070212

 

P1070196

 

 

 

SEJOUR D AUTOMNE EN AUVERGNE .

 

MARDI 26 octobre 2010.

auvergne-oct-2010 0102La Passade – Le Mont Dore 83 km .

 

Après trois jours de gris, de pluie, de froid et de neige, le soleil apparaît. La température extérieure et le vent décourageraient n’importe quel cycliste. Seulement nous, nous avons décidé de partir avec notre tandem et notre remorque et rien ne nous retiendra. Depuis notre parcours alpin, nous sommes aguerris et prêts à affronter tous les temps. Enfin presque… la pluie on préfère la regarder derrière une vitre, bien au chaud…

Le soleil réchauffe à peine l’atmosphère, nous démarrons par  une longue descente avec des températures inférieures à 0°, le froid est saisissant malgré toutes les épaisseurs de vêtements. Notre envie de partir et les couleurs d’automne suffisentauvergne-oct-2010 0059 à eux seuls à nous réchauffer. Le tandem avance rapidement, son  chargement est plus léger que cet été et de mieux en mieux organisé. On s’approche du Puy de Dôme enneigé, en sachant que son ascension à tandem n’est plus à l’ordre du jour. La route est en grands travaux pour la construction d’un train à crémaillère, on se contente de ses cols environnants : cols de La Moreno 1065m et Col de Ceyssat, 1078m.

Au pied du Puy de Dôme, notre objectif est bien en vue : le Puy de Sancy… c’est loin, mais le parcours sera auvergne-oct-2010 0060facile, quelques montées, de belles descentes, jalonnées de prairies  où broutent des troupeaux de vaches à l’infini. Voilà qui nous change de la Suisse.

Cet été, on se lamentait de ne voir aucun troupeau dans les alpages suisses. Ici, les vaches sont élevées à la dure, on ne les cajole pas dans des stabulations.

On traverse Orcival sous le soleil, pause goûter nécessaire. L’office du tourisme est fermé, on croise les doigts pour que le gîte de ce soir soit ouvert. La fin de ce parcours ne nous ménage pas, encore des efforts et les pentes raides les plus raides de la journée ; puis le gîte apparaît. On s’enthousiasme, le point de vueauvergne-oct-2010 0066 est grandiose, le gîte semble coquet… mais à l’approche tout semble fermé.

La journée n’est donc pas terminée car nous sommes loin de tout. Pas question de revenir sur  La Passade, il ne nous reste donc qu’une solution :  Le Mont Dore, où on est sûr d’y trouver un toit. On s’était promis de petites étapes pour ce séjour automnal, à croire que auvergne-oct-2010 0074ce n’est pas dans nos cordes. Sans traîner, nous filons vers ce col inattendu, au soleil couchant. Sans râler, sans traîner nous atteignons le col de Guéry, 1268m. Quelques promeneurs nous promettent une longue descente glaciale. Rien de cela, nous entrons dans cette ville thermale toujours aussi enthousiastes. Nous cherchons l’auberge de jeunesse, impatients de nous réchauffer. Un panneau interactif ne nous renseigne pas beaucoup. Quelques passants, amusés par notre attelage, nous apportent leur aide, ils logent aussi à l’auberge. Ce qu’ils nous annoncent ne nous enchante pas, un instant nous chercherions bien un autre hébergement, surtout que les hôtels ne manquent pas dans cette ville. Mais nous n’abandonnons pas si prêts du but… pourtant si nous avions su, jamais nous n’aurions pris cette route !

Il nous reste 4 km de montée raide dans un froid glacial pour arriver à la station  de ski, au pied des pistes, au pied du télécabine et aux sources de la Dordogne. Nous apercevons les équipements de la station, mais nous avons l’impression de faire du surplace. Quelques pauses s’imposent, pour calmer la colère, la rage, la difficulté. A chaque redémarrage tout nous semble encore possible mais à peine 500m plus loin nous sommes à nouveau désespérés. Enfin l’auberge apparaît, enfin on est au chaud, l’accueil est parfait, les prestations excellentes, une adresse à diffuser. Nous prenons le repas avec les familles rencontrées plus bas et ne pensons qu’à une chose : nous allonger, détendre nos muscles, dormir, récupérer…

 

 

MERCREDI 27 octobre 2010

 

 

Le Mont Dore – Le Puy Mary (Le Claux) 85 km

Bien au chaud, dans l’auberge, le départ au pied des pistes du Puy de Sancy s’annonce glacial, aucun espoir d’un rayon de soleil pour la descente. Nous traversons rapidement le Mont-Dore pour s’arrêter plus loin dans la station balnéaire de La Bourboule, où enfin le soleil apparaît. Cette fois-ci l’office de tourisme est ouvert et notre  hébergement réservé pour la nuit à venir. Nous pouvons rouler tranquilles. La route que nous empruntons est peu fréquentée, forêts de hêtres, forêts de pins, couleurs d’automne vives et chaleureuses.
Voici le col de la Sœur 1149m, pensées pour nos sœurs, pour Marie en ce jour à Paris avec Pilou. Finie la forêt, voici les prairies, les troupeaux et au loin la Tour d’Auvergne, notre prochaine étape. Depuis ce matin, nous contournons le Puy de Sancy par le Nord-Ouest. Puis l’objectif du soir apparaît: le Puy de Mary, au loin, bien au loin, fort au loin. Vers midi, nous nousauvergne-oct-2010 0082 arrêtons à Saint-Donat, petit village auvergnat où un épicier vient de s’installer. Pour réussir son aventure il a choisi la télévision. Il nous raconte avec fierté ses passages dans des émissions inconnues, pour nous médiocres téléphiles… 
Sans erreur, nous avançons suivant étapes par étapes l’itinéraire préparé rapidement la veille : St Genès Champespe, Montboudif, descente sur Donat par des gorges perdues et sauvages, remontée difficile sur Lugarde. Nous découvrons dans ce pays des voies ferrées, des œuvres architecturales remarquables aujourd’hui abandonnées, comme la ligne d’Urdos dans nos chères Pyrénées. Même la grande aventure du train touristique« Le Gentiane Express » a été abandonnée. ( http://gentiane-express.com ) Sur la route, nous ne croisons que facteurs, tracteurs et troupeaux de vaches. Ici, auvergne-oct-2010 0095l’activité agricole est importante. C’est une région renommée pour son fromage éponyme, le Salers.
Nous découvrons lors d’un arrêt dans une ferme la fabrication artisanale de ce fromage, au lait cru non chauffé, nous apprenons la différence Cantal et Salers.… Affamés, nous avalons la moitié de notre achat, après nos efforts tout ce que l’on met dans notre bouche a un goût délicieux. Mais là c’est exquis, fondant et légèrement piquant…divin quoi! Avant d’emprunter la vallée de Cheylade, des panneaux nous indiquent que les colsauvergne-oct-2010 0109 prévus pour demain sont fermés… Ce n’est pas un peu de neige qui va nous arrêter, on poussera le tandem !
Au soleil couchant, nous terminons l’étape dans cette vallée glaciaire pour rejoindre Le Claux, au pied du Puy Mary, vu de cet endroit le volcan a une forme pyramidale impressionnante, son versant nord paraît vertical, c’est pas l’Eiger quand même ! Le Claux n’est pas seulement un village agricole, c’est aussi une station d’hiver promettant des randonnées à raquettes paisibles et variées.

 

auvergne-oct-2010 0124

 

  Jeudi 28 octobre 2010. De La Claux en passant par le Puy Mary à Egliseneuve d'Entraigues 83 Km.

En cette saison, deux écueils sont à éviter : la pluie et dormir dehors. Ainsi à chaque réveil on guette le temps à venir et on s’affaire à trouver un hébergement. Pour le soleil, c’est gagné ! Mais pour l’hébergement c’est raté… on abandonne en espérant trouver auvergne-oct-2010 0136une solution plus tard, car un col, à priori enneigé, nous attend. Le col de La Serre, 1364m, est tout prêt et finalement peu enneigé. Comme le porte son nom, l’endroit est ensoleillé. Cette atmosphère calme et chaude nous donne des ailes et nous enchaînons sans hésiter sur le Pas de Peyrol pour un aller-retour en déposant notre remorque en bordure de route.  Nous découvrons la Brèche de Roland auvergnate, puis un col inattendu au niveau d’un refuge fermé, le col d’Eylac, 1460m. Après ces lacets ensoleillés, nous attaquons la partie à l’ombre en poussant notre tandem, une vraie patinoire sur laquelle nous restons parauvergne-oct-2010 0137 miracle debout ! Nous terminons les derniers cents mètres sur l’engin, Pas de Peyrol, 1588m. Aucol, plusieurs routes toutes aussi enneigées se croisent, juste au-dessus de nos têtes, le Puy Mary nous nargue. Des panneaux indiquent « Pont du Gard, 228km » « Pointe du Raz 855km » « Puy Mary 1H aller/retour ». Comment résister avec un temps pareil ? La montée est raide et rapide sur un sentier aménagé( béton, escaliers de bois, rampes, cordes) suite à la surfréquentation du site. Mais aujourd’hui, nous sommes les seuls, et c’est bien ce que nous recherchons. Au sommet du Puy Mary, 1787m, le panorama est exceptionnel, seul quelques mirages viennent perturber cette pause contemplative ; leurs figures audacieuses nous époustouflent. On laisse le temps suspendre son vol, puis on quitte ce panorama pour récupérer tandem puis remorque.

 

auvergne-oct-2010 0145

 

Affamés nous nous arrêtons à Collanges, dans un abri-bus où le soleil nous écrase. La auvergne-oct-2010 0165température est jour après jour de plus en plus clémente et propice à une sieste, l’endroit aussi, mais ne sachant pas encore où nous dormirons ce soir,  nous reprenons la route, plus vers l’Est pour contourner le Puy de Sancy. A la faveur d’un interminable plateau, entre deux burons et trois troupeaux de vaches, nous dépassons un col inattendu, puis nous plongeons sur Allanche. Uneauvergne-oct-2010 0168 grande ville auvergnate, bien triste. Ici aussi les gares sont abandonnées. En été, celle-ci est le départ du vélorail du Cézalier. Elle abrite l’office du tourisme, étonnamment ouvert encore en cette saison, nous y trouvons enfin un hébergement, mais encore loin. Nous effectuons quelques achats, c’est aussi le hasard de retrouvailles inattendues. Les commerçants auvergne-oct-2010 0179fréquemment nous demandent notre destination, nous conseillent, nous informent. Cette fois-ci, ils nous annoncent un col, le col de la Malmouche 1141m, et une route à nid de poules jusqu’à Marcenat, c’est peu dire, 15 km au bout desquels on envie un vélo à suspensions… Pour éviter de repasser par Condat, nous choisissons un itinéraire sur lequel se trouve le plus haut village de l’Auvergne, Montgreleix. Il nous faudra de sacrés coup de pédales pour l’atteindre. Mais c’est sans regret, nous avons abandonné la départementale pour une petite route dans la forêt. Après le village c’est un paysage de plateau herbeux, sur lequel le soleil couchant promène l’ombre de notre tandem. Nous terminons par une descente glaciale et une arrivée nocturne à Egliseneuve d’Entraigues.

  auvergne-oct-2010 0182

 

J4 VENDREDI 29 OCTOBRE

Egliseneuve d’Entraigues – La Passade 50 Km

auvergne-oct-2010 0192Ce matin direction Super Besse, l’objectif du jour est d’atteindre la voiture et rentrer chez nous en passant par quelque ferme auvergnate authentique pour ramener du bon fromage, du pur lait, du vrai beurre… Au lever du jour, nous levons le camp, on pourrait choisir la direction la plus rapide, mais on préfère une route moins fréquentée et un col supplémentaire. Ce matin, le soleil embrase les couleurs d’automne, le vent secoue les arbres et c’est un tourbillon de feuilles dorées sur notre passage. De fermes en fermes, le camion-laitier nous suitauvergne-oct-2010 0203 jusqu’au col de La Choumoune 1155m. Pas d’arrêt à la station de ski de Super Besse, nous préférons filer vers Murol. Au pied du château, nous hésitons entre un détour par un col ou un retour direct. Le bistrotier nous offre le café, nous reprenons des forces mais raisonnablement nous choisissons de rentrer directement. La remontée sur Saulzet-le-froid est rude et plusieurs arrêts s’imposent pour calmer les douleurs. Rien n’est plus dur pour le moral que de terminer une journée vélo par des montées interminables. C’est la rage, la faim et le bonheur en arrivant à la voiture…

auvergne-oct-2010 0210

 

4 jours à tandem : 11 cols / 300km.

 

 

 

 

 

 

  

SAINT BERTRAND DE COMMINGES

Samedi 5 juin

st Bertrand de CDépart tardif dans une après-midi caniculaire. Nous cafouillons à retrouver la voie verte qui nous mènera à Saint-Bertrand de Comminges. Après quelques zigzags sur les autos-ponts de l’autoroute et de la Garonne, nous retrouvons par le plus grand des hasards la voie verte et Dame Cigogne, toujours perchée sur son pylône. Mais aujourd’hui elle n’est pas seule, trois cigogneaux montrent leur bec et s’aventurent sur les bords du gigantesque nid... un ragondin passe en sous-marin à nos côtés puis refait surface plus loin…

De villages en villages, nous rejoignons une petite route parallèle à la voie ferrée et à la route nationale surchargée qui mène à Luchon. Mais ici, c’est ombragé, calme, bordé de quelques cerisiers, et de vestiges romains, nous approchons un site riche d’histoire. D’abord une pile romaine, puis grandiose, imposante, la cathédrale apparaît perchée sur une rocher. Au pied nous découvrons les ruines du forum, puis quelques virages plus haut celles du théâtre et après quelques rudes efforts nous pénétrons dans la cité médiévale. En été, les piétons atteignent la "ville haute"par un interminable escalier. Nous posons le tandem pour découvrir l’intérieur de la basilique, son orgue, les stalles, le cloître. Il est près de 18 heures, le soleil rasant chauffe les terrasses des cafés que nous préférons aux boutiques touristiques. C’est le moment de sortir les cartes au 1/25 000ème, nous sommes évidemment tentés par un col perdu mais si proche. Il s’annonce ardu, vu la distance et la dénivelée…  Nous décidons de revenir plus tard pour une visite culturelle et nous nous lançons. Comptant raccourcir, nous nous retrouvons entre vaches,ST bertrand de C ruisseaux et forêt, un peu perdus mais convaincus de rejoindre la route forestière. Bingo ! Dès le départ, le compteur annonce 10% de moyenne, rarement il descendra en dessous de 10. Nous relisons la carte, les virages et la stèle repérés sont encore loin et la pente toujours aussi raide. Il faut attendre la sortie de la forêt pour retrouver un parcours reposant, sur lequel nous pouvons reprendre nos bavardages. L’arrivée au col de Mortis (841 m) est descendante, mais pas d’arrêt, nous poursuivons vers le col voisin. Nous zigzaguons sur une route envahie de millions de mouches, mais qui est  passé par là pour laisser une route dans cet état ? Arrivés au col de Chérach (953 m), nous comprenons mieux. Devant nous, chiens et jeunes gens accompagnent un troupeau vers l’estive. Par plaisir, nos poursuivons sur cette route, qui n’est pas la nôtre, pour accompagner un peu le troupeau. Nous n’allons pas plus loin, il est près de 20 heures. Pour faire une boucle, nous descendons sur une vallée inconnue, la vallée de l’Ourse, des villages inconnus, Gaudent, Sarp et rejoignons la piste verte. Il est près de 22 heures quand nous  entrons dans Saint-gaudens. (70 km...pour une reprise en douceur!)

 

 

Improvisation en Ariège. Avril 2010.

pâques 2010 064  Le volcan islandais nous clouant sur place, voilà notre projet de voyage en Grèce à vélo qui s’envole en cendres volcaniques... En quelques heures, on remplace vélos-sacoches par tandem-remorque. Ça tombe bien, c’est notre préférence et cette fois-ci aucune compagnie aérienne ne nous refusera le départ. Cartes déployées, on réussit à improviser une nouvelle destination en partant d’ici même, destination l’Ariège et l’Aude.

 

Jour 1- Lundi 19 avril : Saint-Gaudens – Col de Péguère (76 km).

Au départ, petite halte dans un  magasin de sport pour assurer notre autonomie : la première nuit est prévue en cabane. Par précaution ne connaissant pas les trois abris repérés sur les cartes, on ajoute à notre chargement un matelas de sol… ce sera un bon choix.

Plus loin, à Mane, on assure notre autonomie en vivres. Il est plus de midi, ventres creux, tout nous fait envie. Règle essentielle du cyclotouriste: ne jamais faire les courses quand il a faim.

A partir de Mane, notre destination est "Saint-Girons". Deux itinéraires s’offrent à nous: le Salat par sa rive droite ou sa rive gauche. Notre choix est toujours letouille même avec  la route la moins fréquentée, la plus bucolique même si elle est plus longue et si elle nous réserve quelques montées supplémentaires. Nous ne sommes pas déçus par la première montée de Touille (qui nous ratatouille), la "côte du vieux chêne" et ses pointes à 10%. Malheureusement depuis la dernière tempête, elle peut être rebaptisée "côte du chêne mort". En haut, halte- déjeuner culturelle, entre manoir et église.

saint lizierPlus tard, la seconde montée pour atteindre la cité médiévale de Saint-Lizier est tout aussi raide. C’est l’occasion d’une pause avec la visite du cloître, dans un concert d’orgue. Saint-Girons est mitoyen de St Lizier, nous cafouillons un peu pour trouver la direction de Rivèrenert.

Il nous reste une vingtaine de km avant le col, certainement les plus difficiles de l’étape. Nous avons déjà atteint le col de Péguère au mois de mars, par le versant Nord, c’était deja rude avec un final enneigé, nous avions dû porter nos vélos. Aujourd’hui on sait qu’il n’y aura pas de neige, mais le panneau au pied du col nous annonce un versant tout aussi raide.

col de la crouzetteAprès l’intersection des deux itinéraires, au-dessus du col de Rille (rebaptisé entre nous "col des Anglaises"),  c’est pour l’un d’entre nous le début du KO. Un mois plus tôt, Serge piochait dans ce col, cette fois-ci c’est mon tour. Quelques bâillements ont annoncé la fatigue.

Avant le col de la Crouzette, on pose pied, Serge, affamé, attaque le stock de barres Gerblé (merci Jeannine), moi je me couche à terre, impossible de repartir, je ne peux ni boire, ni manger, ni parler. On change les postes, mais même à l’arrière je ne peux pédaler. Je termine péniblement à pied tandis que Serge mène notre engin sans peine au col de la Crouzette (1241m) et redescend galamment me chercher. Les coups de fatigue à vélo sont irréversibles, quand la zone rouge est atteinte, même en ralentissant, on n’atteint pas la zone orange.

Au col, un panneau nous indique que notre cabane se trouve à 3,6 km. Les nuages montent, je marche encore et Serge avance sans difficultés, souriant et confiant. Mais je sais qu’il faut absolument quecol de la crouzette je remonte sur notre engin sinon nous serons pris par la nuit et l’orage. Pas question de demander de l’aide, nous n’avons plus croisé de voiture depuis Rivèrenert. Nous passons le col du Pradel (1341m). Puis je pose à nouveau pied à terre jusqu’au col du Portel (1432m). Nous passons la première cabane sans trop la chercher, en espérant que la suivante soit convenable. La descente vers le col de Péguère (1375m) est facile mais glaciale. La cabane se trouve au bord de la route : dôme de pierres sans porte ni fenêtre, une première salle au sol de terre battue, une deuxième salle avec deux bancs de pierre et un petit foyer. cabane col de péguèreIl nous faut prendre une décision : dormir ici ou tenter une troisième cabane au col suivant. Sur la carte, la distance est assez longue.

Au fond, vers l'Ouest, l’orage éclate sur le Valier et plus inquiétant vers la crête, montent en un rapide et violent coup de vent, des nuages menaçants. La décision est aussitôt prise sans mot dire : nous dormirons là. Inutile d’aller se lancer dans une descente délicate sans savoir si la prochaine cabane est plus confortable. Nous avons juste le temps de nous mettre à l’abri, le brouillard envahit le col, l’orage éclate,  nous laissant juste le temps de ramasser quelques branches sèches pour un feu. Finalement cet abri peu engageant se transforme sous la tempête en un abri quatre étoiles. Chacun s’affaire, l’un s’occupe du feu, l’autre du repas.

La pluie s’infiltre et inonde le coin cuisine, mais par chance le coin lit reste au sec. Autour de ce petit feu, on est au sec, c’est du bonheur ! Il est près de 22 heures quand nous nous replions dans nos duvets sur cette minuscule banquette de pierres.

 col de péguère 2

JOUR 2- Mardi 20 avril : Col de Péguère - Puivert (86 km)

Au petit jour, pause contemplative autour de la table d’orientation : c’est uncol de péguère spectacle grandiose sur le majestueux Valier, seigneur du Couseran. La vallée est envahie par la brume. Le soleil caresse la cabane et nous réchauffe pour le petit-déjeuner. Nous nous sentons seuls au monde, en haut de ce col où aucune voiture ne passe.

La fatigue d’hier a disparu et c’est un démarrage facile pour ce matin : longue descente dans la forêt de sapins vers le Col de Jouels (1247m), on y découvre un stade de ski de fond. L’abri y eut été plus confortable pour dormir, mais impossible d’y faire un feu et surtout aucun panorama spectaculaire au matin ! Pas de regret sur le choix d’hier soir. Dans la descente, à la faveur d’un virage,  trois chevreuils nous surprennent et détalent aussitôt. Nous faisons col des marrousune halte au col des Marrous (991m). Il y a 20 ans, j’avais effectué un remplacement dans l’ITEP situé à même le col dans ce décor de rêve. Les bâtiments sont désormais vides, l’ITEP déplacé…

Avant de descendre sur Foix, on choisit un petit détour par une petite route comme on les aime qui, surtout, nous permet de passer par le col del Bouich (598m) et de découvrir au loin le Fourcat qui s’impose dans le panorama.

Pause café à Foix, on en profite pour recueillir à l’office du tourisme quelques adresses d’hébergement sur Puivert. Nous quittons les grands axes pour un détour dans l’arrière pays fuxéen, où grâce aux cartes au 1/25000ème nous enchaînons sans difficultés et sans s’égarer trois cols : Col de Py (525m),  Col de Charcany (571m), Col de Bignères ou de Sarnac (576m). De temps à autres, au loin, je reconnais entre deux collines le château de Montségur, juché sur son pog. Serge veut bien y croire et n’ose me contredire, c’est un endroit que je connais si bien. A L’Aiguillon, impossible de traverser le village sans s’arrêter chez les Camanès. Toute la famille est là, même les jeunes parisiens, encore attablés, on nous offre café et desserts maison, Serge finirait bien le plat… Avant de repartir,  Alain nous pose un dilemme : prendre l’itinéraire le plus simple vers Puivert ou un pluscol du teilcol du teil

 redoutable mais plus grandiose par la forêt de Bélesta. Après l’expérience d’hier, nous choisissons raisonnablement l’itinéraire le plus simple. Et grâce à cette pause réparatrice, on enchaîne les deux derniers cols de la journée sans peiner, sur grand plateau, Col du Teil (576m) et col de la Bourade (685m). La descente sur Puivert rappelle le panorama de cet automne dans le massif de L’Aigoual. L’hébergement se situe au bord de la route, nous y trouvons d’autres cyclistes, d’un autre genre, notre engin est convoité, photographié, jamais attelage aussi long n’avait fait étape au Relais des Marionnettes. Nous échangeons quelques conseils techniques et nous partageons une soirée très agréable grâce au chaleureux accueil des propriétaires.

 

Jour 3 - Mercredi 21 avril : Puivert - Urs (82 km).puivert

Aujourd’hui notre objectif est de nous rendre à Saurat chez Gigi et Fernand. Au départ, la tentation est grande de monter à tandem au château de Puivert, c’est une spécialité de Serge. Mais aujourd’hui l’étape est longue, les petits détours compromis, alors Véro, dame chrono du duo, maintient le cap fixé.

Nous nous dirigeons toujours vers l’Est, pour atteindre le col du Portel (601m) puis nous abandonnons la direction de Quillan pour prendre celle d’Ax-les-Thermes. C’est un itinéraire à notre goût, la route des Sapins, peu fréquentée. Nous passons le col de Coudons col de coudons(883m), traversons le plateau de Sault, les villages isolés d’Espezel et de Belcaire, où il est plus facile de trouver une blonde au bar qu’une baguette du pain !

Le château de Montségur apparaît à nouveau, phare du secteur. Nous avançons de plus en plus seuls, tantôt dans le silence de l’effort ou de la contemplation tantôt embarqués dans de grandes conversations. Mais avant l’arrivée au col des 7col des 7 frères frères (1253m) un jeune cycliste nous surprend en nous doublant, puis un autre et un autre. Nous voici une dizaine, au col, à admirer l’effort et la réussite de chacun. Les jeunes repartent aussitôt, mais nous, moins pressés, prenons le temps d’une photo avant de descendre sur la station de ski de Camurac.

Au col de Marmare (1361m) Serge a repéré un bel itinéraire, celui des crêtes, mais ce serait allonger considérablement l’étape en avançant de croupes en croupes, on continue donc vers le Col de la Chioula (1431m) qui rejoint la vallée d’Ax-les-pâques 2010 055Thermes et l’itinéraire de cet été, avec le redoutable et inoubliable col de Pailhères. Nous déjeunons autour des thermes, il nous reste une trentaine de kilomètres, tout va bien, nous sommes dans les temps. Dans cette vallée étroite nous essayons d’éviter la route nationale en naviguant entre l’Ariège, la voie ferrée et quelques villages. Et dans un moment d’hésitation entre deux routes, nous bloquons notre tandem dans une pente, la chaîne n’apprécie pas et BING, inattendu,  elle casse ! On reste sans voix, dans l’improvisation de ce départ nous avons oublié la trousse de réparation, c’est pas malin. Mais on sait que ce sont les aléas possibles d’un tel périple, alors on cherche la solution la plus facile et on appelle Fernand ! Quelle chance il est là ! Notre attelage le stupéfait par sa longueur, impossible de le transporter, c’est évident, alors on confie pour la nuit l’attelage à un habitant d’Urs et Fernand nous conduit à Foix. Peine perdue à Décathlon, on tente le seul magasin particulier dans la ville, on y restera longtemps, car en vrais novices le vendeur prend le temps de tout nous expliquer, avec pédagogie, sourire et humour. A Saurat, Gigi nous a préparé dans sa nouvelle cuisine un repas à sa façon, succulent, généreux, inimitable… que l’on partage avec leurs petits-enfants Sarah et Lucas auprès d’un feu de cheminée. Soirée souvenirs usféniens et plus,  Fernand nous raconte l’unique exploit à vélo de sa jeunesse : une expédition jusqu’à la mer, sans sacoche, ni remorque, juste une couverture pour passer la nuit à la belle étoile entre ceps de vigne et moustiques !

 saurat

Jour 4 – Jeudi 22 avril : Urs – Saint-Gaudens (128 km)

Au petit matin, Fernand nous ramène à Urs, avant de déposer Sarah à Foix. Nous récupérons notre tandem chez M Bergeau. C’est le moment de jouer les mécaniciens, les explications supplémentaires données par la notice nous rassurent et sans difficultés la nouvelle chaîne est mise en place à quatre mains. Nous voilà repartis ! En fin de matinée, nous atteignons Saurat et saluons une dernière fois nos hôtes, qui ne nous laissent pas partir sans un ravitaillement maison. Nous prenons le même itinéraire que cet été, mais aujourd’hui il y a moins de camping-cars. C’est sûr, pas de tour de Francecol de port prévu pour demain. Nous savons que les kilomètres les plus difficiles sont jusqu’à Prat Communal, mais ils nous paraissent interminables. Et dans ces moments-là, chacun calcule la dénivelé, le temps nécessaire, les kilomètres restant, la pente. Notamment quand on est à l’arrière, le nez sur le super compteur, on fait des calculs interminables… ça nous occupe et la difficulté passe sans maugréer.

col de port 2Au col de Port (1250m), une femme sort de son camping-car et nous propose de  nous photographier, elle est aussi cycliste et partage notre plaisir. Un autre cycliste arrive et convoite notre tandem et notre duo. Nous descendons jusqu’au col des Caougnous  pour repérer le troisième versant qui mène au col de Péguère, le plus rude de tous : 3,6 km avec une moyenne de 11,80%.col de péguère 3 On se promet de venir le faire mais plutôt à vélo ! Nous passons le col du Four, le col d’Espiès, Massat, Castet d’Aleu (et son café si singulier). Comme le mois dernier, nous choisissons la route à sens unique, l’ancienne voie ferrée, interdite à tout véhicule nontunnel éclairé. Mais cette fois-ci, nous ne manquons pas d’éclairage ! Serge passe à l’avant, c’est plus prudent : il n’y aura ni casse, ni frayeur ! Il nous reste près de 50 km sur le même itinéraire qu’à l’aller. Pour la première fois, nous croisons des cyclotouristes, madame à vélo-sacoche, monsieur à vélo-couché. Nous roulons bon train, mais chacun a dans sa tête la même idée : s’arrêter sur l’aire sympathique que nous avions repérée à l’aller, au bord du Salat, à Prat-et-Bonrepeaux. L'endroit est paisible, propice à une sieste réparatrice. Mais au réveil, le ciel s'est assombri, nous pourrions avoir la pluie avant la fin de la journée. Alors nous repartons et réussissons à rejoindre Saint-Gaudens en fin d’après-midi sans être mouillés. Quand nous rentrons notre tandem, un déluge de pluie et de vent s’abat sur la ville ! Quel bonheur de partager cette bière sur le canapé ! En quatre jours, nous n’avons rien vu de la Grèce mais nous avons beaucoup appris sur le voyage à tandem et sur nous-mêmes….

 

  

 

COLS d'ASPET. GRANDE SORTIE ALPINE.

 

 Dimanche 4 avril 2010

pâques 2010 005

Cet hiver est vraiment interminable, froid et  humide avec encore beaucoup de  neige qui reste collée sur nos cols.  Et voilà  ce week end de Paques qui approche...

En attendant que cesse la pluie, nous montons notre tandem sur le porte-vélo de la voiture pour nous approcher des hauteurs de St Girons (31).

Départ donc du petit village de  Senguagnet (528m), au pied du Cagire.

Rapidement, après quelques kilomètres, nous voici  au pont de l’Oule, pour y rejoindre  l’itinéraire de la traversée de l’été dernier. Les souvenirs de l’ascension du col de Menté y sont intacts. On se souvient des arrêts,  des passages délicats, du profil démoralisant, de la chaleur qui nous accablait, du passage plus facile au col d’Aspet.

Au carrefour suivant, nous laissons de côté cet itinéraire pour une nouvelle route forestière. La première testée, c’était il y quelques mois en Lozère  déjà un enchantement… Alors nous nous engageons de bon gré, malgré la pluie et les flocons de neige fondue.  Les granges sont ouvertes et bien occupées en ce dimanche de Pâques.  Il  y même une animation sous chapiteau au Plan du Rey. Et quel étonnement pour ces vacanciers de voir monter, à l’heure de l’apéritif, un tandem sous la pluie, sur cette route déserte et sans issue!

Au niveau de "la fontaine des malades", la barrière est ouverte, c’est bon signe. Les premiers lacets sont aussitot raides avec une pente à 8%. Le revêtement se dégrade rapidement mais notre tandem passe partout. Seuls les passages enneigés nous font poser pied à terre : nos pneus lisses patinent, on fait des "burns" diraient nos jeunes ! A l’arrière du tandem, la confiance règne, à l’avant il faut jongler entre trous, branches ployantes, neige, boue.  Du grand art, Véro assure.

Vers 1200m, la seconde barrière est ouverte, nous sommes sur le bon itinéraire. L’arrivée au col d’Artigascou (1364m)  est un tel pâques 2010 015enchantement  qu’il vient l’envie de filmer cet instant magique, entre soleil, neige et nuages. Nous sommes seuls et heureux. Rapidement nous atteignons le second passage avec le col d’Artigaux (1382m).

La descente sur Melles se fait lentement pour éviter passages d’avalanches et refroidissement. Devant, impériale, plein vent , pleine vue sur la vallée  immense et déneigée, Véro conduit et freine avec tact et doigté  notre magnifique engin. 

Vers 900m d'altitude, nous retrouvons une vraie asphalte.

Encore un village désert, on file vers Saint-Béat où on s’attarde au bar pour se réchauffer. Difficile de quitter cet endroit, la fatigue est là, la reprise difficile, il  nous reste encore 3 petits cols pour terminer  en beauté cette journée magique : Col des Ares (797m), Col de Bech (715m) et Col de Buret (589m).

 

 

TOUR DU COMMINGES DU NORD AU SUD 65 km.

 

Samedi 3 avril 2010. Première sortie à tandem après un hiver rude et hostile à toute sortie. Sortie à la journée depuis Saint-Gaudens, direction d’abord Saint-Marcet, à la recherche des gisements de gaz. L’itinépâques 2010 003raire est  très vallonné, c’est excellent  pour chauffer les muscles et réapprivoiser notre tandem. Mais plus on avance, plus on a de la peine à croire qu’il exista dans cet univers rural une épopée industrielle. Grâce aux renseignements d’une passante, on arrive sur  les lieux indiqués « dead zone ». Aucune trace de phalanstère, seuls quelques bâtiments à l’abandon, quatre ou cinq maisons sur une colline, une trace de forage… rien de plus. Un panneau d’affichage à l’entrée du village nous laisse imaginer ce passé, dans lequel des ouvriers immigrants foreurs ont investi le Comminges de Saint-Marcet à Boussens. Après cette halte, nous poursuivons vers l’Est sur les Serres, espérant, comme à notre habitude, trouver un café, mais sur tout le parcours, nous ne traverserons que des villages déserts, aucun compâques 2010 001merce, aucun café! Nous descendons plus au sud et avons un peu de mal à trouver le pont qui nous permet de traverser la Garonne et de rejoindre un itinéraire vélo. Au bord d’un barrage, sur le haut d’un poteau électrique un nid nous interpelle, mais oui c’est bien Dame Cigogne qui nous toise ! De village en village nous filons vers le Haut Commingeois et les Thermes de Barbazan par le col de Hountarède (475m) et regagnons Saint-Gaudens par Sauveterre. Pas de soleil, mais une belle boucle réalisée sans pluie !

 

Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 18:50

Le  dimanche 13 juin 2010 Gironde.

Circuit solitaire. Départ Baurech 8h15. Creon. Arveyres (je passe chez michel) Libourne, Fronsac, Lugon, Villegouge, Galgon, Libourne, St Emilion IME, Branne, Guillac, piste cyclable  , Creon?, Baurech. L'orage me saisit dans les 2 derniers km. 105km. Arrivée 13h30


Le lundi 8 juin 2010.

En solo depuis St Gaudens, je gravis un petit col puis le Port de Balescol du portillon. Crevaison à 8 km du col. Je roule à plat. Port de Bales. C'est très beau mais je suis tout seul.

Descente à plat jusqu'à Luchon où je fais réparer. Je garvis alors le court mais raide Col du Portillon, une désolation après la tempête. 89km. A Luchon  Véro est là et me ramène. Merci à elle.

 

 

 

Le dimanche 23 mai 2010.  Gironde.

Depuis Langon je suis le chantier de l'autoroute. Piste large  silencieuse et deserte. C'est génial. Retour par Bazas. Soit 60km environ.

 

Le vendredi 5 mars 2010. Cols de la Pierre St Martin.

Voiture laissée à Aramits (64). Temps  couvert mais qui semble vouloir se dégager. Je traverse Arette, roule sur le plaa de la vallée et attends avec inquiétude la grande montée vers la station de la Pierre St Martin.  "22 km" dit le premier panneau, pas de quoi s'affoler. Mais en réalité, il fallait y lire "Terrible  montée raide et continue." La route qui grimpe à la station de ski ne lache en effet que peu de replats, peu d'occasions de souffler et de mouliner.

Des champs verts et calmes du début, j'arrive ainsi après deux heures d'efforts, intenses dans une immensité de neige, de brouillard et de froid. C'est là un superbe contraste que l'on ne peut apprécier qu'à vélo. 

Je franchis d'abord le Col de Labays 1351m  puis le Pas de Guillers 1435m,  et enfin le Pas de Lamayou 1460m.  Le brouillard est de plus en plus épais. JLa route, large et presque sèche reste peu fréquentée. Je serre les fesses quand j'entends une voiture qui me suit et dont le conducteur, impatient d'arriver à la station, ne s'attend pas  à voir un cycliste sur ce bord de route. Mais rien de facheux ne se produit. C'est même le moment d'un petit miracle: un conducteur de 4/4 m'encourage d'un coup de klaxon sympathique. Pour une fois que cela arrive, je le remarque joyeusement.

A la fin du plateau, voilà le fameux col de Soudet 1532m, encore une fois totalement noyé dans les nuages. Décidement la malédiction des brumes continue.

Dopé par ces premières réussites, je ne m'arrête pas à la station et file aussitôt vers l'Espagne. Je passe au Pas de Massare (ancien poste de douane) et file dans une atmosphère de Sibérie jusqu'à la crête frontière. Sur le parking ,sec de neige, un chasse neige est planté. Le moteur tourne. Au  volant, un jeune agent de la DDE attend que la neige tombe, le téléphone vissé à l'oreille. Nous nous saluons. Il me regarde interloqué. Un cycliste dans ces éténdues hostiles, cela interpelle.

Voici le Col de la Pierre St Martin.  Je roule pendant quelques centaines de mètres  sur le versant espagnol. Le paysage  du karst enneigé, immense et désert est magnifiquement angoissant. J'hésite puis renonce à poursuivre  jusqu'aux cols suivants.

Je fais demi tour et descends alors jusqu'à la station de La Pierre pour me réchauffer. Une brève halte de quelques minutes dans un bar bondé et je prends le chemin de la descente. Au col de Soudet, je bascule vers l'Ouest, vers St Engrâce. Je descends alors pas trop vite car je suis déjà gelé. Je reconnais bien ces pentes que nous avons parcourus cet été en tandem. Le temps  est aujourd'hui plus froid mais beaucoup plus calme qu'alors ou un orage nous secouait violemment.

J'arrive au Col de Suscousse et ses 1216m. Plus du tout de neige à cette altitude.

Je prends aussitot la route qui monte à la station   de ski de fond d'Issarbe. Mais pas le moindre signe de vie, pas de voiture, pas de panneau, pas de marcheur. Je poursuis tout de même ma route et soudain c'est la neige qsur la route qui m'empêche d'avancer.

Et en prime une belle surprise.
La station est totalement abandonnée: pas le moindre signe de vie et d'activité. La neige recouvre tout, tout est silencieux, blanc, figé. Je pousse alors mon vélo pour gravir le col de St Gracie 1325m. La route est plate, facile à remonter malgré  ces conditions particulières. Je marche pendant 1km environ jusqu'au col de Lataillade 1425m. La route est coupée par de grands arbres tombés sur la route. Je passe dessous, si j'ai la place, ou dessus avec mon vélo. L'ambiance des grandes aventures. J'espère parvenir à la station mais vu les nuages gris qui s'accumulent au dessus de ma tête, je préfère renoncer et faire demi-tour.

Je franchi à nouveau  les arbres-obstacles de l'aller qui ne me tombent toujours pas dessus. Je retrouve avec joie le goudron  (les cyclistes ont des joies simples) et plonge vers l'Ouest. C'est une longue et magnifique descente qui me fait revoir St Engrace, Licq Atherey puis Tardets.

La fin est bien longue avec quelques dernières côtes mais quelle belle journée avec tellement d'imprévus. Il faudra refaire ce circuit sans neige sur la route.

Serge. Le 7 mars 2010


Le mardi 2 mars 2010. Région de Saint-Girons (09).
crouzette 001La boucle programmée promet d'être belle, au moins 7 cols et du soleil...

Dès le départ, la difficulté est annoncée sur les magnifiques panneaux du Conseil Général de l'Ariège. Et, tous les km, les petits panneaux verts confirment le calcul du départ.

Au début les dixièmes nous font sourire (0,20%) mais rapidement nous agacent (9,70%, 8,50%…) car tous ces panneaux sont au-dessus de 8% et à ce stade-là on n’en est plus à quelques dixièmes près.

D’ailleurs dans ce rude effort, on passe sans s’apercevoir le Col de Vigne 652m. Au col de Rille (940m) des gardiens de l’ONF sont étendus au sol, pause sieste. Comme ils ont raison… Le décor est somptueux et la route est agréable. On s’étonne du peu de fréquentation, mais nous comprenons rapidement pourquoi quand une autochtone ralentit à notre niveau pour nous avertir « Vous savez que le col est enneigé ? ». Mais frustrés après un hiver si long et si rigoureux, rien ne nous arrête, nous continuons et puis ce ne sera pas la 1ère fois qu’on poussera le vélo sur la neige !
crouzette 012En effet, au final nous portons le vélo pour atteindre le col de La Crouzette (1241m). La pause est agréable, c’est un magnifique belvédère, ensoleillé, à l’abri du vent,  à la croisée de routes menant à d’autres cols, mais malheureusement trop enneigées.

Nous sortons les cartes, il nous faut modifier notre itinéraire. Sans hésiter nous faisons le même choix : retrouver Castet d’Aleu dans l’espoir de retrouver encore ouvert notre café préféré. La descente bien enneigée est impressionnante, noscrouzette 013 freins nous freinent à peine mais ne nous stoppent pas, nous restons très prudents (12%). Nous retrouvons avec bonheur des paysages connus, des itinéraires déjà parcourus, à vélo, à tandem, et nous descendons vers Saint-Girons. Nous choisissons la route à sens unique, pour être plus tranquilles, sans tenir trop compte des panneaux « éclairage obligatoire ». C’est en fait une ancienne voie ferrée aménagée en route, qui dit voie ferrée, dit tunnel, tunnel non éclairé, évidemment ! La leçon sera bonne : partir toujours avec un éclairage… Pas de casse pour le vélo, quelques égratignures, un genou écrasé mais rien de grave. Ouf ! Le retour vers la voiture est encore  long et sous le vent.

60km pour l’après-midi et pour finir un détour à voiture vers l’impressionnante grotte du Mas d’Azil.

L'Ariège est belle!
Serge et Véro

Le dimanche 14 février 2010. Col du Pourteigt 881m.

Cloué au sol par des conditions météo vraiment hivernales, je quitte tout de même Gan ( température  -3°) pour rouler jusqu'à Rebénacq, Louvie et Bielle. Il fait froid, les champs sont blancs de neige. Je  gravis alors le seul col accessible: le col de Pourteigt, pousse jusqu'au plateau du Bénou. Là, la neige me stoppe. Il fait très froid. Je redescends. Après une halte à Louvie, ou j'arrive à me rechauffer  dans le seul café ouvert, j'arrive à Gan (T:0°) vers 16h.


Le dimanche 7 février 2010. Col du SOULOR (65)
soulor 004

Partis de Lourdes, nous roulons bon train. L'air est vif, le brouillard noie tout autour de nous, impossible de s'arrêter.  A Argelès Gazost, nous sortons des brumes pour gravir les 18km de la montée. Un bel effort qui nous permet d'arriver au col  bien enneigé et très ensoleillé. Col du Soulor 1474m. Redoutant le froid de la descente nous plongeons aussitôt pour un retour frénétique et immédiat.

 

Le samedi 30 janvier 2010. MORLAAS (64)
Le mauvais temps nous empêche de  tenter un col. Nous réalisons donc une jolie boucle au départ de Buros: Morlàas, Barinque. Higuères. Thèze (avec son énorme chantier de l'autoroute A 65 et son café restaurant accueillant ). Doumy. Viven. Navailles Angos. St Castin. Buros.  50km environ. Ciel couvert, air froid et de belles averses sur la fin du parcours.

Le vendredi 1er janvier 2010. CATALOGNE (Esp)
Nous décidons d'inaugurer cette année qui vient par une magnifique boucle de 45km dans les montagnes cotières autour de Figueras (Catalogne). L'air est
frais avec un ciel magnifiquement dégagé.

 

Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 15:57
 
Afin de tromper la grisaille humide de ce mois de novembre, nous nous sommes  retrouvés pour un week-end d'ascensions cyclistes de petits cols faciles autour de Pau (Pyrénées Atlantiques).

Dates:
Les 27, 28, 2
9 novembre 2009.


Programme:

Le vendredi soir nous arrivons à Buros dans le gite spécial "Usfen33". Nous prenons le repas sur place. Bernard avait préparé une bonne soupe.
 
Samedi matin, le temps est brumeux le plafond bas mais il ne fait pas froid.  Nous laissons la voiture à Gan et    roulons à bon rythme jusqu'à Louvie Juzon et Bielle. Le village est fermé, pas possible de prendre un café. Nous attaquons alors la belle montée qui nous mène aux cols du Pourteig 881m et de Marie Blanque 1035m. Premiers cols pour Bernard, bravo.
Apres la descente très raide, coté Aspe, nous revenons à la voiture après la magnifique traversée du bois du Baget d'Oloron.
Loz-re-117.jpg

Dimanche, la méteo s'est bien dégradée. Il pleut et il fait froid. Nous réalisons tout de meme, histoire de tester matériel et courage,  depuis Argelès Gazost (65) l'ascension  du Col des Bordères 1156m, sous une pluie  battante.


Hébergement:

Chez Marie. Merci à elle.


Bravo à Bernard pour ses premiers cols gravis.



30 novembre 2009. SC
Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 08:25
 TRAVERSEE EN TANDEM DES PYRENEES. 36 cols. 11 jours.
Après avoir réalisé la traversée à pied en 1998 en 35 jours, nous avons récidivé,  dans le même sens, Est / Ouest, avec cette traversée cycliste, avec tandem et remorque.

 Départ. Lundi 6 juillet 2009.
 Vers 14h, j'arrive accompagné de mon fils, à la gare St Jean de Bordeaux. Manoeuvrer un tandem et sa remorque sur les quais d'une grande gare encolmbrée, en début juillet, n'est pas chose facile. Bien aidé par Pierre, j'embarque dans le TEOZ prévu, à l'heure dite. Merci à la SNCF qui reste un grand service public.
    Bien installés dans le compartiment vélo, mon tandem, ma remorque et moi filons bon train vers le sud. J'admire les paysages de la vallée de la Garonne et voilà Toulouse. Véro est sur le quai. Elle monte dans mon wagon, c'est déjà génial.
    Le train se charge de voyageurs. Nous nous trouvons une petite place. Le train roule, les paysages défilent. Nous arrivons sans encombre à Narbonne gare. Malgré notre egin, la descente est facile. Nous sautons dans le train suivant, propre, moderne qui après quelques arrêts nous laisse à Perpignan.
Sur le quai, il fait chaud, presque nuit. Le rêve commence.

Prologue. Perpignan/ Port Vendres 35km.
Nous sortons de la gare. Avec notre tracassin, long de plusieurs mètres,  nous ne passons pas inaperçus, les gens nous saluent, nous interpellent, viennent nous parler.
Voici nos premiers tours de roue dans la ville qui s'endort.
Les premiers passages de carrefours et de ronds points sont un peu laborieux mais la situation s'améliore rapidement.
C'est la nuit.
Avec nos petites lumières à l'avant et à l'arrière, avec nos gilets jaunes, nous fonçons à toute allure dans la ville. Nous dépassons St Cyprien, contournons Elne et n'avons du mal qu'avec la  nouvelle voie  rapide interdite aux vélos. On nous renseigne gentiment. Et voici Argelès, Collioure et enfin Port Vendres.
   Il est 23h environ, nous nous installons, déjà heureux, dans le gîte pour une nuit courte.

Mardi 7 juillet 2009.
Du gîte de Port Vendres (66)  au camping de  Prades (66). 125 km.

Ce matin, beau temps. Nous nous préparons rapidement et entamons cette première étape, un peu inquiets devant l'ampleur de notre projet. Un rapide passage sur le port pour prendre  photo et faire une première rencontre imprévue  avec un peintre qui nous encourage à "réaliser nos rêves". Nous partons.
Reprenant la route de la veille, nous dépassons Collioure pour arriver à Argelès sur Mer. Nous quittons les grands axes routiers et atteignons Sorède et Laroque. Sur la place de ce petit village, nous faisons une nouvelle rencontre étonnante, avec un vieux monsieur sur un fauteuil roulant qui vient nous raconter qu'il a été un gendarme de Haute Montagne et qu'il a sauvé une petite fille dans la carcasse de l'avion le "Malabar Princess", tombé dans le massif du Mont Blanc...
Nous reprenons la route pour nous rapprocher de la ville de Le Boulou. Afin d'éviter cette agglomération écrasée par le trafic automobile, nous piquons au jugé à travers la plaine pour franchir par des petites routes et le Tech et l'autoroute. Nous prenons ensuite la RD 13, vers 100 mètres d'altitude et entamons alors notre première véritable montée. Une petite route magnifique et peu fréquentée nous mène au col de Llauro à 380m. Premier col, première halte.
    Nous comprenons que notre tandem et sa remorque sont un magnifique ensemble qui exige beaucoup d'efforts pour les montées. La route grimpe maintenant à travers la forêt, traverse Oms et Calmeilles à l'abri bus accueillant, pour nous mener d'abord jusqu'au col Fourtou et ses 646m puis jusqu'au col Xatard et ses  752m. "Xatard? drôle de nom pour un col!" s'étonne Véro.
    Puis c'est la descente sur La Bastide et la remontée, un peu pénible, sur le dernier col de la journée, le col Palomère 1036m.
    Par une petite route forestière presque déserte nous descendons jusqu'à Vinca. Là notre équipage retrouve des couleurs quand nous passons dans les champs d'abricotiers et de pêchers. Revoilà la route nationale que nous suivons pendant quelques kilomètres jusqu'à Prades (340m d'altitude) et son camping communal où nous bivouaquons pour notre deuxième nuit.

Mercredi 8 juillet.
Du camping de Prades (66)  au gîte  d'Ascou (11).

La journée d'hier a été un peu rude. Elle pèse sur nos mollets ce matin quand nous  reprenons la route.
    Notre itinéraire nous fait contourner le Canigou par ses flancs Sud. C'est d'abord une magnifique montée de 1200 mètres de dénivellé, bien ensoleillée. Nous traversons le magnifique village de  Mosset à l'épicerie souriante et la route nous mène alors au col de Jau 1504m où nous n'avons pas, heureusement, le mauvais temps annoncé.

Nous  plongeons dans la  descente jusqu'aux villages de Roquefort et de Bousquet, 150 habitants à eux deux, juste avant de franchir le petit col de Garabeil 1242m et celui des Moulis 1099m.            
C'est le début de l'après midi.  Nous sommes déjà contents de notre journée et nous ne savons pas encore que le plus pénible est à venir. Nous dévalons la route jusqu'au fond de la vallée de l'Aude, gorge étroite et ombragée, passons aux bains désaffectés d'Escouloubre et filons à  grande vitesse vers le Nord. Tellement à grande vitesse que je manque, à 850m d'altitude, la bifurcation vers le col de Paillères. Nous faisons un méchant excédent de 6km avant de prendre la bonne direction, vers les villages d'Usson, Rouze  puis Mijanès.
    Il est alors 17h environ, trop tôt pour s'arrêter dormir ou même pour manger. L'épicerie est fermée, l'hôtelière nous prépare gentiment deux sandwichs. Nous parlons avec le maire, avec des touristes et nous avons un peu de mal à reprendre le tandem. Mais Véro insiste, "Il faut partir, il faut avancer..." Elle a raison. Mais moi qui sais que nous avons encore près de 1000 mètres de dénivellé à gravir, je traine les pieds, je devine que nous allons en baver.
    Dès la  sortie  du village, la pente  est rude et raide. L'effort ne va pas cesser durant toute la montée avec un ciel couvert, et une atmosphère de plus en plus humide, une température de plus en plus fraîche. La route encore  large, reste longtemps bordée d'arbres. Nous dépassons un refuge pastoral. A notre approche, l'occupant disparait à l'intérieur. Véro a decidé, nous franchirons le col, ce soir. Une longue ligne, droite et raide, suivie par une terrible série de lacets nous mène d'abord au col des Trabesses 1940m puis enfin, enfin, dans un brouillard épais et froid au col de Paillères 2001m.

    Il est 20h, nous sommes épuisés et frigorifiés. Nous nous ruons, tandem compris, dans le refuge du col, non gardé. Nous y mangeons quelques bricoles, nous nous habillons au plus chaud possible et remontons rapidement sur notre engin pour essayer de trouver, plus bas, gîte et couvert.
        Dès les premiers tours de roue, c'est le froid qui nous saisit mains et pieds. Nous descendons en essayant de ne pas rouler trop vite. Il fait presque nuit, nous ne rencontrons pas la moindre voiture. Nous dépassons la station de  ski pour stopper à Ascou, au lieu dit "La Forge", vers 1000m. La soirée de récupération dans ce gîte  y sera bien appréciée.

Jeudi 9 juillet 2009.
Du gîte d'Ascou (09) à celui du hameau de Aunac, village de Seix (09).
Bien requinqués par notre soirée d'hier, nous remontons sur le tandem vers 8h30. Au menu de ce matin un ciel couvert et une longue descente sur route nationale depuis les 1093m  du gîte jusqu'aux 990 m d'Ax les Thermes puis aux 540m de Tarascon.  Nous y faisons quelques  courses et reprenons la montée. En une bonne demi-heure, nous voilà à Saurat. Et là, déception, nos amis Fernand et Gilberte ne sont pas là. Nous laissons derrière un volet, les fleurs achetées pour eux. Nous passons au cimetierre  pour nous incliner devant la tombe de leur fils récemment décédé et nous nous apprêtons à repartir. Véro fait alors état de troubles gastriques qui vont nous clouer au sol pendant plus d'une heure. C'est certainement la terrible étape d'hier qui a laissé des traces dans les organismes.
Mais Véro n'est pas femme à se laisser abattre et après avoir grignoté quelques fruits, nous reprenons la direction de l'Ouest. Nous avons 600 mètres de dénivelé à gravir en 11km avec une pente moyenne de 6% et une pointe à 9%, donc un parcours largement à notre portée.
    A mi-pente, nous stoppons dans un virage, pour se restaurer et puis c'est la montée terminale depuis le lieu dit "Prat Communal" jusqu'au col de Port. Et là, surprise, ce dernier est presque entièrement occupé par de nombreux camping-cars. Certains sont là depuis une semaine, le Tour de France cycliste passe ici dans quelques jours. Ce petit effort a fait le plus grand bien à Véro qui a retrouvé (presque) toutes ses couleurs. Col de Port 1249m.
    Le temps est toujours aussi gris et bouché mais nous n'en avons cure, nous avons déjà gravi 10 cols et Véro va bien... alors le reste...
       Nous entamons aussitôt la descente vers Massat en traversant le peu marqué col de Caugnous 947m.
    Arrivés aux 607m de Massat, nous visitons le cimetière pour y trouver traces d'ancêtres de Véro. En vain, nous avons été mal renseignés.
    Nous continuons à descendre cette vallée de Haute Ariège où l'activité économique ne nous semble pas très florissante. Par le CD 618, nous traversons Biert puis le hameau du Castet d'Aleu où nous stoppons dans un petit café découvert cet hiver (voir le texte "Col de Saraillé" ). Quelques échanges avec les propriétaires aujourd'hui âgés, nous sommes déçus de ne pas rencontrer à nouveau leur fils et nous reprenons la route de ce fond de gorge froide et encaissée jusqu'à la bifurcation avec la CD 32. Une poignée de kilomètres de plus et nous voilà à Seix. Il est tard, 19h. Nous nous dépêchons. Nous trouvons un mécano qui nous règle le dérailleur avant, dénichons un gîte pour la nuit, au hameau d'Aunac et tombons en arrêt devant une charcuterie qui nous vend, avec le sourire, fromage, ventrèche et vin rouge.
    Ces emplettes terminées, il nous faut maintenant monter au gite par une petite route perdue. Ce n'est plus qu'une simple formalité sauf que les 5km annoncés nous mènent de l'altitude de 600m à celle de 900 et nous lachent donc quelques sévères raidillons bien agaçants. Heureusement, après tout ces efforts, le gite est accueillant et les vues  superbes.

Vendredi 10 juillet.

Depuis le gîte du hameau d'Aunac à Seix (09) jusqu'au camping municipal de St Béat (31).

    Et ce matin, génial, c'est le retour du grand beau temps. Dans une atmosphère de fraîcheur et de calme, nous descendons jusqu'à la route  départementale  pendant  4 km  environ puis  reprenons la montée. Nous connaissons cette route pour l'avoir gravi cet hiver. Aujourd'hui, pas de  neige sur la route mais beaucoup de joie dans nos coeurs. Les vues, composées de dizaines de verts differents, sur la vallée et ses villages sont immenses et superbes. Nous  prenons de  l'altitude  sans  faire beaucoup  d'arrêts. Voici la sortie de la forêt, le grand lacet et le col où nous arrivons seuls. Col de la Core 1395m.
    Quelques photos, un arrêt de quelques minutes et c'est la plongée dans la descente du beau vallon de Bethmale. Le temps, encore frais, est très agréable pendant toute la descente. Ici, on suppose une  activté  économique  relativement importante en y voyant de nombreuses fromageries et laiteries. Voilà le centre de Castillon où nous faisons une halte café/ravitaillement, comme on les adore. Moment sympathique de détente pendant lequel nous rencontrons nombre de personnes dont un adepte du tandem sportif, comme nous.
    Les batteries rechargées, nous reprenons le chemin de l'effort. Au début, tout va bien, la route est large, peu fréquentée et surtout d'une pente modérée. Nous pouvons donc bien avancer avec le soleil qui nous chauffe les avants bras.
   
Au programme, une série de villages ariégeois à traverser dont le dernier est appelé Saint-Lary. Des affiches y annoncent les festivités du week-end, certaines ont déjà commencé: la route est coupée par un groupe folklorique. Ils ont choisi notre route comme scène ! On apprécie cette pause inattendue, on nous invite à une messe sur le col à 16h30 en souvenir du cycliste italien Fabio Casartelli décédé après une chute de vélo dans ce col en 1995. Certains convoitent notre tandem et désirent l’essayer. Mais il nous faut repartir si nous voulons enchaîner les deux cols suivants. La montée du premier sera rapide et agréable.   Col de Portet d'Aspet 1069m.
   Nous y discutons avec des cyclistes qui ont le même programme que nous, mais sans remorque, avec nuits à l’hôtel et les dames pas loin, avec le fourgon-suiveur... Chacun son style! Comme eux, nous décidons de poursuivre jusqu'au col suivant. La montée est terrible avec une pente régulière à 9 ou 8%. Véro demande un arrêt dès le départ, regarde le profil et le kilométrage, trépigne. Cela s’annonce difficile, les souvenirs de ce col franchi en voiture l’an dernier sont bien présents dans sa tête… mais que faire sinon continuer.
     Il nous faudra près de 2 heures pour atteindre le modeste col de La Clin 1249m puis enfin, un peu plus loin, le renommé col de Mente 1349m, classé "1ère catégorie" aux odeurs de chiens enfermés, toujours aussi désagréables. Nous ne traînons pas, nous comptons encore atteindre Luchon (31).

   Mais à la descente, les freins de notre tandem chauffent, hurlent  et nous obligent à quelques arrêts. Au niveau de Saint-Béat, fatigués et affamés nous repérons le camping municipal et d’un commun accord nous décidons de dormir là.
  Au fond du camping, bien à l'abri derrière notre tandem, nous bivouaquons sous les étoiles. Nous sommes fatigués et tellement heureux.


Samedi 11 juillet 2009.
Du camping municipal de la commune de Saint Béat (31) au camping  de la station de ski de fond de   Payolle (65) .
    Au réveil, le ciel est d'un bleu clair parfait. Certes, la proximité des deux torrents qui entourent le camping, rend tout humide. Certes, les muscles des fesses, des cuisses et des épaules sont un peu raides, mais, vraiment, mais nous ne donnerions notre  place  pour rien au monde.
    Nous quittons cet étrange village, à l'étroit entre les falaises, toujours à l'ombre et traversé par une route internationale surfréquentée.    
    Nous arrivons à la gare de Luchon par une petite route agréable. Juste le temps de faire quelques courses au supermarché du quartier et nous attaquons aussitôt la terrible montée vers le Peyresourde.
    Terrible parce que les  efforts de la veille sont encore présents dans les muscles et les articulations et parce que le soleil chauffe dejà ardemment ses belles pentes orientées plein Est.

    Les premiers kilomètres sont encombrés de voitures, mais après l’embranchement du lac d’Oo, la route est à nous. Il est midi. Après Garin, plus de mystère, le col est en vue, on sait ce qu’il nous reste à gravir. Heureusement, quelques arbres nous offrent un peu d’ombre pendant les arrêts. Sur le dernier kilomètre, les rares voitures qui roulent nous encouragent. Serge envoie le max sur les pédales et nous arrivons au col à bout de souffle.
    Col de Peyresourde (1569m). 


    Pause photo, et nous descendons aussitôt. Les freins chauffent et imposent quelques arrêts. Après un déjeuner rapide en bordure de route et une sieste pour certain, nous continuons vers Arreau et le col d’Aspin. Depuis une semaine, nous ne soucions peu de l’actualité mais rapidement nous comprenons quel sera l’évènement sportif du week-end. La route est à nouveau piquetée de poubelles, comme sur le col de Port en Ariège, puis c’est le lot de camping-cars, voitures, tentes… Nous nous empressons de téléphoner à quelques hébergements, surtout que Jean et Françoise doivent nous rejoindre. Evidemment tout est complet, nous dormirons cette nuit encore à l’hôtel "mille étoiles" !
    Plus nous avançons, plus la route est animée et plus la consommation d’alcool sur les bas côtés augmente ! Alors qu'il n’est que 3 heures de l’après-midi ! Des tireuses sont installées à mi-col. Avec notre tandem-remorque, nous soulevons moult applaudissements, nous sommes même photographiés ! Mais notre surprise la plus grande c’est au col que nous la vivons: des dizaines  de camping-cars sont massés sur les parkings dans une atmosphère de kermesse générale.
 
       Col d'Aspin 1489m.
    Serge se renseigne auprès de la gendarmerie pour l’étape de demain. Toute cette foule ne nous enchante guère, nous ne nous imaginons pas gravir le Tourmalet demain matin dans cette ambiance.
    Sur la descente, nous trouvons encore beaucoup de voitures et de camping-car et nous quittons la route du col d’Aspin pour celle du col de Beyrède.
Col de Beyrede 1417m.

     A l'auberge, nous espérons un repas et un hébergement même sommaire, nous n'y trouverons que de la soupe à la grimace.
    Nous descendons vers Payolle. Ce n’est plus une route mais une piste caillouteuse idéale pour y tester les freins. Vraiment ce tandem nous enchante avec sa très  bonne tenue de route malgré le revêtement lamentable, la pente fuyante et le chargement conséquent !
    Le camping de Payolle nous accueille pour un bivouac extraordinaire.


Dimanche 12 juillet 2009. Du camping de Payolle (65) à  la maison familiale à Pau Buros (64). 83km.
    Ce matin, au lever du jour, c'est l'effervecence générale. Tout le monde se prépare à l'évènement du passage du Tour. La route du col d'Aspin est  déjà saturée, celle du Tourmalet n'est ouverte qu'aux cyclistes... Partout du monde, des gendarmes, des voitures, de la foule. C'est fort sympathique mais ce n'est pas ce que nous recherchons alors, nous décidons de filer à l'anglaise et de descendre à contre-courant cette marée humaine.
   Notre bivouac, merveilleusement humide comme tous les matins, est rapidement  évacué. Nous ne ferons  pas cette étape avec la famille et filons donc vers Campan puis vers Bagnères de Bigorre pour un  petit déjeuner en terrasse. Partout ce ne sont que des cyclistes qui montent vers les cols, des voitures qui s'embouteillent, des camping cars qui racinent sur le bord de la route. Partout une incroyable ferveur bien sympathique et très souvent, des gens qui apercevant notre attelage, nous encouragent et nous félicitent. Nous ne savons pas si nous méritons vraiment ces applaudissements mais nous les acceptons quand même.
    A partir de Bagnères, nous  nous éloignons  du trajet emprunté par le Tour et nous  retrouvons  aussitôt  calme, sérénité et grosse chaleur.
    Pour faire bonne mesure, nous montons dans le massif des Baronnies pour y gravir ensemble notre dernier col, y apprécier tous les deux la qualité du paysage sans nuage, y rencontrer encore et toujours des gens sympathiques.  Col de Palomières 810m.
    Une petite transversale dans la  campagne et  nous voilà arrivés à Lourdes, ville endormie sous la chaleur,  assoupie avant la furie du Tour. Nous passons à la gare SNCF pour vérifier quelque horaire et prenons la direction de Pau en suivant la vallée du gave. Nous traversons la ville, calme, sans encombre. 
    Et soudain, se produit un évènement personnel aussi violent qu'inattendu. Franchissant tout à fait normalement un carrefour, hérissé de panneaux indicateurs, mon regard flane de l'un à l'autre, par hasard, par jeux. Je connais cette ville, je n'attends rien de nouveau à cette lecture. Je regarde ces panneaux sans trop les voir et soudain mon regard est brutalement accroché par l'un d'eux. Il porte la mention suivante: "Centre Hospitalier" et soudain comme une grenade explose à la figure, je me rappelle, je me souviens, je comprends. C'est ici, derrière ces murs que mon petit frère alors âgé de 16 ans, est décédé suite à un accident de montagne en 1976. Celui dont l'image ne m'a jamais quitté tout au long de ces 33 années, a terminé, ici, seul, sans moi, sa courte vie. Le choc est violent, j'en lâcherai presque le guidon. Je n'avais jamais associé ensemble et cette ville et cet hôpital et cet évènement pourtant tellement présent tout au long de mon existence...
    Mais c'est la qualité numéro 1 du tandem: il ne s'arrête pas facilement et aurait même plutôt tendance à continuer coûte que coûte. C'est la raison pour laquelle je ne stoppe pas, et nous continuons à pédaler jusqu'à une petite place de village, écrasée de solei,  rafraichie par un beau lavoir.
    Il ne nous reste maintenant qu'à traverser la ville de Nay, où je retrouve mes Pyrénées Atlantiques et mon Béarn, pour filer par la grande plaine du Pont Long, traverser les villages d'Angais, Ousse, Sendets et atteindre les côteaux de Morlàas et de Buros.
    C'est le terme de notre premièr voyage avec notre beau tandem, il fait très chaud, nous avons soif et nous sommes heureux d'être arrivés là.  
   
Lundi 24 août 2009. Depuis la maison familiale de Buros (64) jusqu'à l'Hôtel des Voyageurs d'Urdos (64). 89km.
    Pour la reprise de notre traversée, nous avons choisi, après en avoir bien discuté entre nous, de rallier au plus vite, au départ de Pau, la belle vallée d'Aspe et son fameux Hôtel des Voyageurs d'Urdos.
    Un ciel bas et presque gris nous accompagne pour nos premiers tours de roue. Nous quittons la commune de Buros, filons jusqu'à Pau, traversons Bizanos et retrouvons la classique route de la vallée d'Ossau en passant par les villages de Rébénacq, Sévignacq et Castet.
Je suis bien évidemment ravi de traverser tous ces lieux si fortement chargés d'histoires personnelles et familiales liées au monde de l'enfance, de ses joies et de ses bonheurs.
    Nous voila dejà arrivés au rond point de Bielle qui nous permet d'obliquer vers la montagne, vers le plateau du Bénou, vers le col de Marie Blanque. Nous avons déjà gravi ce col à plusieurs reprises et nous savons bien que les kilomètres les plus redoutables sont les trois premiers. Logiquement, nous ralentissons  notre rythme pour franchir ce premier obstacle.
    Il est midi environ, la route est déserte, la montagne silencieuse. Sans trop souffrir nous arrivons à la Chapelle de Houndas puis au premier col de la journée le col de Pourteig 881m.
 
   Sans mettre pied à terre, nous traversons le plateau du Bénou, et attaquons aussitôt la montée terminale. Là encore, ce sont les deux premiers kilomètres les plus exigeants. Franchi ce nouvel obstacle, nous n'avons plus que 3  ou 4 km, pas bien raides, pour parvenir au col de Marie Blanque 1035m. C'en est notre 8ème ascension, notre première à tandem. C'est un endroit sympathique, calme que nous adorons. Après les photos  d'usage, nous plongeons dans le versant aspois que nous connaissons un peu moins bien que son cousin ossalois. Les trois premiers kilomètres sont, comme d'habitude, absolument terribles,  même à descendre. Les freins hurlent.
    Nous arrivons au village d'Escot, et entamons à partir de ce point la remontée de la magnifique vallée d'Aspe que nous aimons tant. Notre rythme rapide profite au maximum de la qualité du revêtement de cette route nationale.
    A Sarrance, nous cherchons un café et nous trouvons une charcuterie traditionnelle de qualité. Tant mieux, cela nous convient car les jours à venir ne sont pas riches en commerces.
    Quand nous atteignons Bedous, bourgade toujours pas déviée, nous faisons une nouvelle petite halte dans les commerces d'alimentation. Nous remontons ensuite la longue plaine sud pour atteindre la partie haute de la vallée. Les sites et villages se suivent sans se ressembler: Pont de Lescun, Eygun, Etsaut. Bien sûr, quelques gros camions nous croisent ou nous doublent en pétaradant rageusement mais jamais nous ne nous sentons en danger. Nous apprendrons d'ailleurs dans la soirée qu'un de ces monstres de la route, ce matin même, s'est couché sur le côté en remontant des virages serrés, juste au-dessus d'Urdos.
   Nous  commençons à sentir la fatigue nous plomber les mollets, d'autant plus que la pente se relève maintenant, malgré toute la belle machinerie de notre tandem, l'effort à fournir est de plus en plus pesant.
    Voici le défilé du Fort du Pourtalet, voici les falaises du chemin de la Mâture, voici la centrale électrique et voilà la dernière montée pour le village. Comme toutes les dernières montées quelle que soit la durée de l'étape, elle est pénible et longue. Beaucoup plus  que nous ne l'avions jamais remarqué.
    Voilà Urdos et son extraordinaire Hôtel des Voyageurs où nous  sommes accueillis de la plus belle des façons. Nous sommes ravis d'être là.

 

Mardi 25 août. Depuis Urdos et l'hôtel des Voyageurs jusqu'à St Engrâce et son gîte d'étape, 48km 5 cols.
    Nous quittons  difficilement l'hôtel vers  8h30 en promettant de  revenir rapidement.
    Un bref passage à l'épicerie  récemment ouverte et nous plongeons aussitôt vers le  bas de la vallée. Jusqu'à Lèes, tout va bien, il nous suffit de descendre. Le tandem dans ces conditions, c'est très agréable. Mais dès la traversée de ce petit bourg, la tendance s'inverse: nous montons à nouveau. Par un petit chemin nous prenons la direction de l'Ouest, récupérons la route, plus  large, venant d'Athas et entamons une belle montée.
    Belle par les pourcentages conséquents de la pente que nous nous escrimons à remonter et belle aussi par les magnifiques paysages pastoraux qui se développent sous nos yeux, au fur et à mesure que nous prenons de l'altitude.
     Nous rattrapons un autre couple de cyclistes que nous suivrons jusqu'au col de Labays. Il est encore tôt, environ 11h, et le ciel reste depuis ce matin uniformément couvert de nuages gris et épais. L'atmosphère est humide et calme, un temps idéal pour faire du vélo. Nous continuons à progresser. Je surveille mon altimètre car il n'y a pas de panneaux indicateurs sur le bord de cette petite route peu fréquentée. Seuls quelques tracteurs, quelques utilitaires nous croisent et nous doublent. Nous  pouvons rouler au milieu de la chaussée sans prendre de risque.
    Soudain, je reconnais le paysage, nous sommes au col de Bouézou 1009m.
      Mais pas de panneau, donc pas de photo, donc pas d'arrêt. Nous enchaînons aussitôt par une petite descente pour pénétrer dans la fameuse forêt d'Issaux. Le temps est de plus en plus humide, avec un brouillard plus qu'épais. Autour de nous, ce ne sont que grands arbres, ressauts calcaires déchiquetés, végétation de jungle avec des mousses et des lianes. Vraiment, on a l'impression d'être dans un de ces films fantastiques décrivant des thèmes irlandais ou écossais. A chaque coup de pédale, on s'attend à apercevoir quelque créature diabolique, quelque monstre fabuleux. C'est un peu tendus que nous stoppons, dans un silence pesant, au pied d'une petite aiguille calcaire, pour une bonne collation bien mise en valeur par Véro.
    Dès que possible, nous  repartons.  La météo reste toujours aussi humide et grise, rien ne bouge, rien ne change. La pente de la route est tout à fait souriante et nous progressons rapidement dans les derniers lacets.
    Voici le col de labays 1351m.
    Nous prenons alors pneu sur la grande route qui monte vers la station de ski de La Pierre St Martin et entamons une nouvelle et dernière  montée de 200m de dénivellé.
    Le temps s'assombrit, il se maintenant à pleuvoir franchement et cela n'est rien par rapport à ce qui va suivre. La route large, totalement déserte nous fait sortir de la forêt puis par, de larges lacets, nous mène au Pas de Guillers 1436m, nouveau col de la journée, peu marqué. "Cela fait deux fois que je viens ici à vélo, et cela fait deux fois que je n'ai pas la moindre idée du paysage, tellement il y a du brouillard..." me fait remarquer Véro, un peu dépitée. 
    Nous continuons à monter car malgré les apparences, nous ne sommes pas encore arrivés à notre point le plus haut. Et toujours ce brouillard qui noie tout autour de nous. 
    Enfin, enfin, surgissant des brumes, voici le carrefour attendu et ses panneaux qui nous intéressent. C'est la fin du Béarn, voici le col de Soudet 1540m. 
     J'abandonne heureusement l'idée, un instant évoquée, de pousser jusqu'au col de La Pierre et nous plongeons aussitôt, versant ouest, côté St Engrâce.
   Nous enchainons rapidement les premiers lacets. La route est belle et bien asphaltée. Mais, devant, Véro remarque que la luminosité baisse fortement. Moi derrière, la tête dans le guidon, je ne vois rien. 
    Cette baisse de luminosité n'est pas du tout fortuite, bien au contraire, car c'est un vrai gros orage qui va nous tomber dessus quelques minutes plus tard. Très vite, voici les premières gouttes, ce n'est pas le crachin un peu brumeux de ce matin, c'est un véritable rideau d'eau glacé qui chute sur nos épaules et qui nous trempe en quelques secondes.
    Nous n'avons qu'un seul salut, c'est la fuite vers le bas, pour perdre, au plus vite, de l'altitude. Malheureusement, il ne nous est pas possible de rouler rapidement car alors, c'est le froid qui risquerait, en plus, de nous attaquer. Véro choisit donc, de façon tout à fait pertinente, de ne pas  rouler trop fort.
    Nous enchainons les virages et les pentes raides. Soudain, dans ce déluge, sugit une pancarte et un carrefour. Nous sommes arrivés au col de Suscousse 1216 m.

    Pas d'arrêt, évidemment. Nous roulons. Rapidement, notre situation atteint le difficile avec ce déluge, ce froid. Les caniveaux  débordent, la montagne crache de l'eau de tous côtés, la route se couvre de plusieurs centimètres d'une eau agitée et boueuse qui traverse la chaussée en tous sens. Nous sommes sous le choc, dans le froid, les mains crispées sur le guidon surtout Véro qui assure toutes les commandes de notre engin. L'eau nous trempe et nous gèle les bras, les pieds, les genoux, le dos, le visage. Tétanisés, frigorifiés, nous ne pouvons esquisser le moindre geste.
    Soudain, dans un virage, au milieu de la route, surgissant d'on ne sait où, voila deux belles vaches, trempées comme nous, avec un air encore plus hagard que le nôtre. Habile, Véro fait ce qu'il faut pour ne pas les percuter. Il ne manquerait plus que cela, si dans ce tableau d'apocalypse, on avait un accident avec une vache...
    Nous enchaînons les virages, pas la moindre cabane ou abri pour nous aider. Nous sommes obligés de descendre encore et encore. Dans le ciel, mais loin de nous, retentissent de nombreux coups de tonnerre. Nous n'avons pas le temps d'avoir peur ni de nous poser de questions. Il faut descendre. Il fait de plus en plus froid, nous sommes trempés. Malgré l'eau qui recouvre toute ou partie de la chaussée, notre tandem tient remarquablement la route, même dans les virages, ses pneus nous prouvent là, heureusement, leur efficacité.
    Enfin, enfin, après plusieurs minutes de cet enfer liquide et froid, la route sort de la forêt et coupe de grandes pentes recouvertes de fougères. Certes il pleut encore, mais je crois reconnaître la partie haute du village. Effectivement, surgissant des nuages, voici les premières maisons, les premiers panneaux. Quelques virages de plus et nous apercevons l'église de Sainte Engrâce puis le café et enfin le gîte. 
    Nous mettons à l'abri notre tandem dans une grange et courons essayer  de nous réchauffer sous la douche.
    Une heure après, nos muscles sont encore douloureux, nous avons encore froid, nous sommes encore essoufflés mais nous sommes tellement heureux d'être là.  

  
  Mercredi 26 août 2009. Depuis le  gîte de St Engrace jusqu'à celui de St Etienne de Baigorry (64)  81km 6cols.
   Le grand beau temps est revenu, le ciel, sans nuage, est d'un bleu limpide. Dans la fraîcheur du matin, nous abandonnons ce bout du monde par une belle première descente. La route déserte et calme nous laisse apprécier de belles vues sur ces moyennes montagnes, toujours très vertes et bien mises en valeur par les nombreux agriculteurs qui continuent à vivre dans cette haute vallée perdue.
    Nous dépassons le barrage et son petit lac, laissons sur notre  gauche les gorges de Kakoueta et retrouvons rapidement le carrefour "Tardets/ Larrau".
    Evidemment, nous prenons la seconde direction, vers la haute montagne, vers les grands cols d'Iraty, nous reviendrons à Tardets une autre fois. A partir de ce carrefour, nous cessons logiquement de descendre pour remonter la gorge étroite et humide du Saison, furieux torrent bien connu des kayakistes. Pas de soleil pour nous accompagner, nous sommes obligés de pédaler  vigoureusement pour nous réchauffer un peu.
     Nous dépassons l'auberge de Logibar sans nous y arrêter et parvenons après un terrible final avec 2 kilomètres à 9%,  au village de Larrau. Il est 11h environ, ll fait très beau, un arrêt s'impose.
    Nous apprécions l'accueil, les meubles, le café dans un beau petit hôtel restaurant du centre et partons sans payer. C'est Véro qui s'aperçoit de notre erreur alors que nous avons déjà parcouru 3km de descente. Nous faisons alors demi-tour et remontons. Nous ne voulons pas laisser des casseroles derrière nous, lors de la traversée de nos belles Pyrénées.  Mais  ce  petit intermède  ne peut pas nous  dispenser de l'épreuve du  jour et peut-être de celle de toute la traversée. Devant nous, en effet, pas très loin mais vraiment très haut, nous apercevons les chalets du col d'Iraty. Une terrible montée, de 8 km avec une moyenne de 9.2%  dont un à 12.5% de moyenne, nous regarde arriver avec notre attelage.
    Au début, tout  va bien, nous progressons assez rapidement, sans trop de dommages. Nous surveillons du coin de l'oeil les deux mamelles du cycliste que sont la distance et l'altitude, sans faire de commentaires à voix haute pour ne pas inutilement affoler son coéquipier. Le panorama s'agrandit et s'élargit lentement sous nos yeux. C'est pénible mais magnifique alors nous continuons à appuyer sur les pédales qui deviennent de plus en plus dures.         La fin est terrible. Je n'en peux plus, il faut pourtant continuer à souffrir. Le temps passe mais l'altitude n'augmente pas bien vite. Nous reconnaissons les endroits découverts pour la première fois, ce printemps, nous enchainons les virages. La route coupe les dernières grandes pentes.

    Soudain, devant nous quelques voitures arretées au bord de la route,  c'est  le signe que nous sommes arrivés dans la zone des Ecolos. Nous franchissons alors le peu marqué mais très connu Col d'Orgambidesca 1284m. 

    Quelques derniers coups de pédale, l'épreuve se termine. Nous atteignons le site principal d'Iraty. Voici le col de Bagargiak et ses 1327m. Il fait beau, nous nous embrassons. C'est la deuxième fois que nous atteignons ensemble, avec notre tandem, cet endroit mythique. Une brève visite de sympathie aux ornithologistes du col et nous plongeons dans le versant Ouest pour d'abord franchir le facile col de Heguichouria 1319m et pour filer à travers cette fameuse forêt d'Iraty. Il fait beau, les vues sont magnifiques  dans ces sous-bois fréquentés par de nombreux touristes venus y  prendre le frais.

    Parvenus sur le vaste site de Cize, nous mangeons, gais comme des pinsons, assis sur l'herbe, en plein soleil. La beauté de l'endroit nous ravit le coeur et pour rien au monde nous ne voudrions être ailleurs.

    Il nous suffit maintenant de remonter les 4km suivants pour atteindre sans difficulté aucune, le grand col de Burdincurutcheta haut de 1135m.  Nous plongeons vers St Jean Pied de Port.

    Nous nous attendons à une descente vertigineuse, nous ne serons pas déçus. La pente est aussitot très forte, agrémentée de nombreux virages que Véro négocie parfaitement avec son aisance maintenant habituelle. Les hasards cartographiques nous font traverser deux petits cols, peu marqués, mais appréciés: le col de Haritzcurutche 784m et le col Haltza 782m.

    Les seuls qui n'apprécient pas cet endroit sont les freins à disque de notre tandem, qui sous ce nouvel effort, hurlent de plus en plus de douleur. Dans ces grandes pentes où la masse à retenir (deux cyclistes plus le tandem plus la remorque) est vraiment importante, le travail à produire par les plaquettes sur les disques est énorme.

     Après la pente trop raide à descendre, à température fraiche, voici la plaine de St Jean, avec des faux plats fatigants et une atmosphère presque étouffante. Le contraste est saisissant.

    Nous atteignons la ville de Saint Jean Pied de Port. Nous n'avons rien à y faire, trop de monde, trop de fureur pour que nous ayons envie d'y faire halte. Nous filons alors aussitôt pour St Etienne de Baigorry où nous arrivons vers 17h après de derniers faux plats, terribles pour les cuisses.

    Une bonne halte-ravitaillement au SuperU du centre ville avec gâteaux, fruits et Schweppes nous redonne des couleurs. Tout va bien. Ce soir, nous dormons seuls dans le gîte de St Etienne, bien renové.

 

 

Jeudi 27 août 2009. Du gîte d'étape de St Etienne de Baigorry à la plage de St Jean de Luz. 72km 3cols.

    Nous espérons avoir un train à Saint Jean de Luz en fin de journée. Nous prenons alors l'option de partir tôt pour assurer cette fin de traversée dans le calme et la sérénité.

    Nous devons remonter  le vallon d'Ispéguy pour quitter le fond de cette vallée de Baigorry. Les panneaux du Conseil Général des Pyrénées Atlantiques, en bon état, nous annoncent une montée avec des pourcentages de pente tournant autour des 6%. Ce qui nous convient parfaitement. Nous gravissons donc les 8km de cette petite route en corniche, quasiment déserte dans ce matin frais et agréable.

    Au-dessus de nous, sur les  flancs des pentes raides, de fougères et d'ajoncs, s'accrochent de nombreux troupeaux de moutons et de chèvres. Malgré l'effort, toujours important à fournir pour faire avancer notre attelage, nous prenons le temps d'apprécier la beauté sauvage de l'endroit. Il fait beau. Voici les derniers virages qui coupent des pentes de plus en plus raides, de plus en plus rocheuses et nous atteignons la frontière espagnole au col d'Ispeguy 672m.

    Pas d'arrêt à la benta du col, je n'ai pas le temps d'acheter ma traditionnelle cloche et nous filons en Espagne. Et là, nouveau ravissement: la route contrairement à ce que j'avais annoncé à Véro,  récemment asphaltée est magnifique, déserte et étroite. Rouler sur ce tapis noir est un véritable régal. Assis-debout  à l'arrière,  je goûte au maximum chaque instant de la descente: un oeil sur les paysages composés de belles pentes de fougères, de superbes paturages, de magnifiques  troupeaux et un oeil sur Véro qui pilote notre ensemble avec sa classe habituelle.

    Nous atteignons sans encombre le fond de la vallée. Au grand carrefour, nous prenons la direction de la France en empruntant logiquement un axe large mais pas très fréquenté.

    Ici, pas de panneaux indicateurs, nous faisons donc des calculs plus ou moins fumeux, plus ou moins approximatifs pour deviner ce qu'il nous reste comme dénivellé et comme distance à parcourir. Ces calculs ne nous servent pas à  grand chose sauf, peut-être, à occuper notre esprit...Nous ne voyons pas le temps passer et hop, voila une aire de repos que je reconnais et peu après,  voila le passage attendu. Col  d'Otxondo 570m  atteint après une montée de 8 km avec une moyenne de 4%. 

    Là aussi, pas d'arrêt sur ce point haut, calme mais encore loin de l'océan. Par une anomalie historique, la frontière  ici, ne suit pas la ligne de partage des eaux. Il nous faudra bien descendre vers le sud pour retrouver la France. A Dancharia nous faisons une halte rapide dans un de ses immenses supermarchés pour y acheter  des fruits et des boissons. Revoilà la France. Plus de douanier pour contrôler comme autrefois, tout est axé maintenant sur la consommation frénétique.

    Nous ne traînons pas, ce n'est pas ce monde qui nous intéresse.  A grands coups de pédale nous évitons Ainhoa et atteignons Sare. Il est midi, c'est dimanche, les terrasses des restaurants sont pleines. Un  petit marché occupe la place du fronton. Nous mangeons  assis sur les gradins, en train d'observer le manège des vendeurs et des touristes.    

     Pas de café pour ce midi, l'endroit n'est pas accueillant pour des gens comme nous. Nous reprenons notre engin et filons vers le dernier effort de notre traversée. Pour faire un peu plus simple, nous passerons par le Nord de la Rhune et éviterons les cols de Lizarietta et d'Ibardin. Une ultime montée  assez courte nous mène  donc au col de St Ignace 169m, totalement noyé sous la fréquentation touristique du petit train de la Rhune. Pas d'arrêt, pas de photo, nous dévalons la pente jusqu'a Ascain.

    Nous avons maintenant hâte de terminer. Il fait de plus en plus chaud. Cette fin nous semble un peu longue avec quelques remontées de côtes imprévues. Finalement nous atteignons Ciboure par ses quartiers populaires. Quelques rageurs derniers coups de pédales et voici  le port et la plage qui n'ont pas beaucoup bougé depuis 1967.

    Ca y est, notre traversée des Pyrénées est terminée, nous sommes arrivés à la fin de notre rêve.

    Nous allons jusqu'au bout de la digue qui marque l'entrée du chenal, cernés par les eaux, par les vagues.  Un tableau magnifique s'étale sous nos yeux:  la baie de St Jean de Luz avec ses trois digues, ses bateaux qui rentrent et sortent du port, son fort de Socoa et le bleu de son ciel.

    Nous n'avons pas envie de nous baigner, nous préférons garder nos habits de cyclistes. Nous sommes  simplement  heureux d'être là.

    Un bref passage dans le centre ville de St Jean pour y goûter à ses tarifs prohibitifs et nous sautons dans un train réservé, merci la SNCF, jusqu'à Bayonne puis jusqu'à Pau. Dans le train, sur les quais, nous discutons avec d'autres cyclistes qui terminent eux aussi un périple, ça sent la rentrée... On échange entre nous conseils techniques, idées de parcours, bonnes adresses, tous prêts à repartir au plus vite et au plus loin!

  Depuis la gare de Pau, pour boucler parfaitement notre périple, nous rallions Buros en empruntant exactement le trajet que je suivais  il y a 35 ans, quand quotidiennement, je me rendais au lycée en cyclomoteur.

 


Serge Capdessus 24 septembre 2009. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

36 cols 


col de Llauro  380m
col Fourtou 646m

col Xatard  752m
col Palomère 1036m
col de Jau 1504m
col de Garabeil 1242m
col des Moulis 1099m
col des Trabesses 1940m
col de Paillères 2001m
col de Port 1249m
col de Caugnous 947m

col de la Core 1395m

col de Portet d'Aspet 1069m

col de La Clin 1249m

col de Mente 1349m
col de Peyresourde 1569m

col d'Aspin 1489m
c
ol de Beyrede 1417m

col de Palomières 810m

col de Pourteig 881m
col de Marie Blanque 1035m

col de Bouézou 1009m
col de labays 1351m
pas de Guillers 1436m   

col de Soudet 1540m
col de Suscousse 1216m

col d'Orgambidesca 1284m 

col de Bagargiak 1327m

col de Heguichouria 1319m

col de Burdincurutcheta 1350m

col de Haritzcurutche 784m

col Haltza 782m

col d'Ispeguy 672m

col d'Otxondo

col de St Ignace.

 

Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 15:40


Depuis le mois de juin 2006, nous avons gravi  312 cols routiers répartis sur 22 départements français et 5 pays étrangers.

En 2006: 2 cols gravis.
En 2007: 23 cols gravis.
En 2008: 115 cols gravis.
En2009: 138 cols gravis dont 37 à tandem.
En 2010: 39 cols gravis dont 28 à tandem.


                                                                         Sommet du Ventoux. Oct 2007.


soulor 001

Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 17:52
Après avoir bien réfléchi, nous avons acheté le 10 juin 2009, un magnifique tandem de couleur noire, de marque "Lapierre", dans un magasin "Mondovélo" à Villenave d'Ornon (33). Le vendeur, dénommé "Romain" par ses collègues, nous a semblé être le plus sérieux, le plus professionnel, le plus accueillant de tous les vendeurs que nous avons rencontrés.

1ère sortie. 10 juin 2009 . ESPIET (33).
Depuis Sadirac nous avons emprunté la piste cyclable en direction de Sauveterre pour les premiers tours de  roues. Le retour de nuit fut aussi exaltant qu'espéré. 40km.

2ème sortie. 11 juin 2009. ST EMILION (33).
De  jour, par beau temps, nous avons réalisé le tour suivant: Sadirac, Créon, Génissac, Moulon, Branne, St Emilion, Branne, Créon, Sadirac. 70km.

3ème sortie. TRAVERSEE DES PYRENEES. 36 cols.
Après avoir réalisé la Traversée à pied en 1998 en 35 jours dont 33 jours de marche et de 2 repos, avec une voiture suiveuse, nous avons réalisé  dans le même sens, Est / Ouest qui est le plus beau, cette traversée en semi autonomie avec tandem et remorque.

col de Llauro  380m
col Fourtou 646m

col Xatard  752m
col Palomère 1036m
col de Jau 1504m
col de Garabeil 1242m
col des Moulis 1099m
col des Trabesses 1940m
col de Paillères 2001m
col de Port 1249m
col de Caugnous 947m

col de la Core 1395m

col de Portet d'Aspet 1069m

col de La Clin 1249m

col de Mente 1349m
col de Peyresourde 1569m

col d'Aspin 1489m
c
ol de Beyrède 1417m

col de Palomières 810m

col de Pourteig 881m
col de Marie Blanque 1035m

col de Bouézou 1009m
col de Labays 1351m
pas de Guillers 1436m   

col de Soudet 1540m
col de Suscousse 1216m

col d'Orgambidesca 1284m 

col de Bagargiak 1327m

col de Heguichouria 1319m

col de Burdincurutcheta 1350m

col de Haritzcurutche 784m

col Haltza 782m

col d'Ispeguy 672m

col d'Otxondo

col de St Ignace.

 


19 septembre 2009. Premier circuit autour de St Gaudens (31).
    Depuis Saingo, nous filons à Aspet et gravissons en boucle et en traversée, 4 cols modestes et calmes mais offrants de belles vues sur les basses montagnes aux couleurs d'automne : col de Louzet 681m, col de Larrieu 706m, col des Peres 428m, col de Lamothe 381m. 65km.

 

 

Du 27 octobre au 30 octobre 2009. Randonnée avec remorque dans les Cevennes (Départements 30, 48, 12). 

Depuis Millau et son incroyable viaduc, nous avons passé 4 jours à rouler presque seuls dans ces paysages immenses et grandioses. Nous avons gravi 13 cols et le sommet de l'Aigoual et vraiment, ce qui nous a enthousiamé c'est le calme, le silence, les couleurs de ce massif perdu et méconnu.


Mardi  27 octobre 2009. De Millau à L'Espérou  74 km.

Sans trop tarder, nous prenons le départ. Nous profitons de la présence de nos trois compagnes, Liliane, Dominique et Renée pour nous faire photographier en plein effort sur notre tandem.

La veille, nous avons choisi de prendre pour quelques kilomètres, l’itinéraire le plus direct : la route nationale. Même si nous n’apprécions pas ces routes pour leur fréquentation, nous savons que les pentes n’excèdent jamais le 5% et que le revêtement est toujours parfait. Au démarrage, c’est appréciable car depuis la traversée nous n’avons pas roulé avec la remorque. Deplus, tous les camions empruntent le viaduc, la route est presqu'à nous! Nous quittons la ville, un dernier regard sur le chef d'oeuvre architectural, le viaduc sous le soleil levant.  Nous dépassons le célèbre Mac Do de Millau et nous filons vers le sud pour rejoindre le Larzac.

Un mauvais calcul de la veille nous fait douter de l’itinéraire, ce tronçon RN nous semble bien long,  mais après relecture de l'excellente carte au 1/25 000ème,  nous sommes rassurés, le Causse n’est pas loin.

A partir de cette bifurcation, nous serons pour 4 jours sur les routes les moins fréquentées de France, mais aussi les plus belles en cette saison.

Pour Serge, c’est une découverte, il n’a jamais foulé le Causse. Le paysage est incomparable : des plateaux calcaires (pas si plats que ça !) couverts de prairies, de buis et de genévriers...  sans oublier les moutons ! Petite nostalgie : les couleurs du ciel, de la terre, des prairies nous rappellent le Népal,: il y a un an, nous atterrissions à Lukla. Nous traversons quelques petits hameaux, nous nous arrêtons à Montredon, pour une pause mais n’y rencontrons pas José Bové. Au bout d’une quinzaine de km à longer le fameux camp militaire du Larzac, nous quittons le Causse pour descendre sur Nant.  Une pause photo s’impose, les couleurs sont presque illusoires, comment  la nature peut-elle donner des jaunes si chaleureux, des rouges si vifs ? Nant, village médiéval, niché au cœur de cette vallée colorée serait une pause bien agréable, mais il nous faut gagner Saint Jean de Truel avant la fermeture de sa pharmacie. Nous sommes en Lozère  rares pharmacies et rares docteurs ! Mieux vaut ne pas tomber malade. Ce dernier village a moins de charme que Nant, nous achetons quelques fruits, des calmants pour les maux de gorge, mais nous ne trainons pas plus, de crainte de perdre notre élan, nous déjeunerons plus loin.

Prochaine étape : le col de la Pierre Plantée (891m).  La montée est parfois très raide, la route étroite, dangereuse à la descente sans aucune barrière de sécurité. La chaleur n'est pas automnale, on se croirait en été. A mi-pente quelques pommiers nous tentent, voilà une bonne raison de nous arrêter.  Les feuillus laissent la place aux résineux et à la lande.
Premier col des Cévennes. Pause photo, une toute petite déception  aucune pierre plantée! Nous enchaînons vers le col de Rhodes Au niveau du col, un employé des eaux et forêts fait une sieste bucolique devant un panorama exceptionnel. Nous cherchons plus loin un endroit pour déjeuner et ,de croupes en croupes, nous nous retrouvons au village de Dourbies. Il est près de 15 heures, nous posons notre tandem sur le banc de la place de l'église. Petit café avant de repartir, on nous vente les vertus laxatives de l'eau de l'Aigoual, elle n'aura aucun effet sur nous! En partant, nous n'imaginons pas que nous repasserons  par là dans deux jours. Encore une série de croupes, cette montée semble sans fin et me rappelle la longue journée entre Pangboché et Nah-na, un an auparavant... A l'approche de l'Espérou, c'est une forêt de hêtres et de châtaigniers qui nous fait fête.  Deux kilomètres avant le village un carrefour nous indique plusieurs cols, le col du Minier et le col de Fauvel.  Impossible de résister, nous déposons rapidement la remorque au gite et après un thé, à la nuit tombante nous gagnons ce petit col (1285m). L'air est froid et humide à la descente, rien de bon pour les maux de gorge mais quel bonheur de traverser, seuls et ensemble, ce petit village désert qui s'endort à la tombée de la nuit.

La soirée dans ce gite, simple et confortable est bien agréable. Nous y profitons même de la télé.

 

  Mercredi 28 octobre 2009. De L'Esperou à Meyrueis.

 

Ce matin le ciel est toujours d'un bleu parfait. Nous faisons rapidement l'état des lieux: Tout va bien en ce qui concerne  la méteo et l'état de notre tandem mais ce sont les pédaleurs qui sont en petite forme. Nous avons besoin de trouver un médecin généraliste. On nous en indique un à Meyrueis. Nous modifions notre programme sans  tout abandonner.
Remontant au village pour y acheter du pain, nous prenons alors une petite route qui monte rudement. Un habitant du village, rencontré par hasard, nous avait bien prévenu mais rien ne pouvait nous arrêter ce matin là. Et nous voilà quelques instants plus tard, à pousser notre engin sur une piste raide et caillouteuse, pénible et épuisante. Vraiment, on ne dirait pas que nous filons vers un docteur. Nous craignons que cet effort non seulement nous fatigue mais surtout qu'il abime notre beau tandem. Il n'en sera heureusement   rien.  Après une bonne demi-heure de  souffle et de soufre, nous parvenons au forestier  col de l'Esperou 1320m. Pas de panneau, pas de halte. Nous filons alors sur une piste plate et carrossable. Les ramasseurs de champignons sont nombreux mais tous  en voiture. Soudain la piste plonge vers le bas. Nous sommes obligés de mettre le pied à terre pour réduitre les risques de chute et nous voilà au deuxième col de la journée.
Col de Serreyrède 1299m.

Nous retrouvons alors l'asphalte pour une montée superbe de calme et de couleurs. Ainsi pendant 6 km, dans un silence presque parfait, avec une température idéale et surtout au beau milieu de couleurs tout à fait extraordinaires, nous atteignons le fabuleux sommet de l'Aigoual.
Notre tandem garé au pied de la tour fait des envieux. Cette fois-ci Capdessus ne montera pas son engin en haut de la tour, l'escalier en colimaçon est trop étroit mais ce n'est pas l'envie qui lui manque. Le ciel est dégagé, le temps clair, pas un seul vent, on distingue parfaitement  les Pyrénées (Le Canigou, le Montcalm...) et les Alpes (le Mont Blanc, la Vanoise, les Ecrins, le Viso...). Le pic Saint-Loup est lui aussi  bien visible, nous avons donc une petite pensée pour Aline qui nous a fait découvrir son vin.

Ce moment de bonheur et de contemplation terminé, le temps passe très vite dans de telles circonstances, nous descendons de notre nuage, enfourchons notre tandem et plongeons dans les vastes pentes du coté Nord du massif.

Aussitôt, c'est le bonheur qui reprend ses droits avec une très longue descente entre landes et pins. Nous passons sans trop d'effort le Col des Fourches et le Col de Perjuret (1028m).

Nous filons sur Meyrueis, pour le rendez-vous médical. Le verdict n'est pas optimiste. Le diagnostic tombe: c'est une belle angine. Juste avant de partir en vacances,le docteur nous  conseille de regagner la voiture à Millau et au plus vite.

"-Pas question ! pensons nous." On refuse de rentrer, piteux,  à Milllau. La cortisone devrait faire un effet dopant du plus bel effet.  Ce soir, le gîte sera plus luxueux, pas de cuisine à faire, une chambre calme et chauffée, un repas copieux et arrosé avec un apéritif à la châtaigne et une tisane au miel local. Tout cela va remettre en forme les plus malades! On a même droit à un spectacle de marionnettes réalisé par les enfants des propriétaires, une histoire de sorcière et de balai, c'est de circonstances! Ce 28 octobre était aussi, accessoirement, l'anniversaire de Rémi.

Jeudi 29 octobre De Meyrueis à Dourbies 60 km
La veille, dans le gîte, nous avons déployé toutes les cartes au 1/25000ème pour repérer cols et itinéraires. Impossible de gagner la Barre des Cévennes comme prévu, alors quelques cols plus au sud feront l'affaire. Le parcours prévu est tortueux, au programme une longue route forestière, dont nous

ignorons la qualité du revêtement.

 

Et ce matin, comme au Népal, un an auparavant, c'est le grand beau temps qui continue, persiste et nous enchante...

Nous quittons presque à regret cet endroit si accueillant, descendons au village et filons vers le Sud par une petite route légèrement montante. Autour de nous, la symphonie des formes et surtout des couleurs continue. Véro avec son aisance habituelle dans ce décor de rêve, mène parfaitement notre engin.

D'ailleurs, cela étonne beaucoup les gens que l'on croise dans les villages: "-Comment? C'est une femme qui dirige un tel attelage? Et  vous Monsieur, derrière, vous n'avez aucune commande? Vous n'avez pas peur?

-Non jamais, Madame s'en sort très bien..."
Nous suivons tranquillement la route qui monte gentiment à travers forêts de hêtres et de chataigniers. Très peu de voitures nous croisent et nous doublent. Ce matin est vraiment pour nous, nous en faisons ce que nous voulons.

Soudain, une surprise de plus. Sur notre droite, se creuse l'abime de Bramabiau, formidable entaille dans le causse, d'ou jaillit une belle cascade. Nous aimerions bien visiter l'endroit mais le temps manque. Nous nous contenterons d'un petit café au centre de Camprieu avec un patron corse et rondouillard mais pas bien souriant et nous reprenons la route.  La traversée prévue entre les deux cols à venir étant classée par l'IGN, "route forestière", nous préférons l'aborder le plus tôt possible. Nous remontons alors une route toujours aussi boisée toujours aussi calme. jusqu'au premier col de la journée. Voici donc le col de Faubel. Véro voudrait utiliser son pied-photos mais elle ne reussit pas grand chose de bon alors nous filons. 

Quelques coups de pedales et nous revoilà comme avant hier, a l'entrée du village de L'Esperou. Une petite épingle à cheveux, fort bien négociée par Véro et nous voilà sur la route du prochain col. Etonnament, beaucoup de monde nous y attend. Ramasseurs de champignons, familles nombreuses, couple d'amoureux, chasseurs...  l'endroit est fréquenté, presque bruyant. Nous y mangeons, un peu à l'ecart, en ayant bien lu les différentes stèles commemoratives. Col du Minier 1260m.

Et nous plongeons avec gourmandise dans l'inconnu. Car tous les deux, avec notre tandem, c'est bien cela ce qui nous plait: sortir des sentiers battus et trop connus et tout découvrir par nous mêmes sans, trop, l'aide des autres.

La route que nous suivons à bon train est effectivement "forestière", il est absolument impossible de dire le contraire. De profil horizontal sans être plat,  elle est aussi variée et incroyablement roulante. Nous traversons cette vaste partie de la forêt du massif de l'Aigoual, heureux comme deux poissons dans de l'eau très claire, découvrant les charmes visuels de cet ensemble méconnu .

De temps en temps, au hasard d'un virage ou d'une petite descente, nous apercevons des fermes, isolées, un peu perdues dans cet univers végétal. De même, un grand bâtiment fermé, à la fonction mystérieuse attire notre regard et nos interrogations.

Et voilà, surgissant de n'importe où,  le col de l'homme mort 1340m. Ici c'est le monde du calme, de la solitude et du silence. Nous adorons nous trouver là, tous les deux, ensemble  et seuls.
Nous ressentons la fraîcheur du soir et l'humidité de la forêt, alors nous remontons sur notre engin roulant . Vraiment cette route forestière valait le détour... Ce plaisir continue et nous mène jusqu'au village que nous avons déjà traversé, sans imaginer que nous y dormirions quelques jours plus tard.

    Avant de rejoindre la route départementale, nous ne résistons pas à cueillir quelques châtaignes qui  couvrent la route. Et sans trop de difficultés nous arrivons à Dourbies. Les voisins du gîte seront bien silencieux.  Ce soir nous logeons au bout du bout du village, près du cimetière. Le gîte est humide, et pour ne pas agraver l'état de la malade, Serge entreprend l'allumage du poêle sur lequel quelques châtaignes seront rapidement grillées.   

Vendredi 30 octobre 2010. C'est le retour à la voiture.
Au lever, le soleil rasant inonde la vallée de couleurs automnales. Le beau temps est encore au rendez-vous. Nous saluons les ouvriers communaux qui s'affairent autour du cimetière à la veille de la Toussaint et nous remontons vers le col de Rhodes et le col de la Pierre Plantée. Toujours pas de pierre... cela restera un mystère. Cette fois-ci au carrefour, nous prenons la direction de Lanuéjols. Nous descendons rapidement une route étroite, peu fréquentée et exposée nord. Nous arrivons à Trèves, village perdu au fond de la vallée, où sont certainement nommés gendarmes en début de carrière ou en mesure discilplinaire!
"Qui descendra montera!" C'est évidemment ce qui nous attend. La montée est agréable, au soleil. Pendant ces quatre jours, les véhicules que nous avons croisés le plus souvent sont ceux de la poste! Car là encore la route est à nous seuls... comme nous aimons. On laisse aller l'engin sur la droite, sur la gauche, quel contraste avec le col de la Bernina cet été...
Nous arrivons sur un Causse : ânes, moutons... et tout à coup grand coup de frein à l'avant, quel est donc cet animal???
Belle bête avec femelle et petits autour... dans un immense parc grillagé juste à l'entrée du village. Pause goûter avec pâte de coing et nous repartons pour traverser le Causse Noir jusqu'à Veyreau. Dans ce petit village nous errons à la recherche d'une route qui nous mènera directement sur les Gorges de la Jonte. C'est à nouveau une route étroite, exposée nord et extrêmement raide. A l'avant les mains sont tétanisées sur les commandes des freins, à l'arrière la confiance règne... Comme nous avait prévenu Aline, le spectacle est grandiose, on entend quelques grimpeurs sur les parois calcaires de ce site mais on devine aussi sur les parois nord un monastère troglodyte abandonné.
A Peyreleau, nous vérifions les cartes et conjointement nous choisissons la rive la moins fréquentée, quitte à remonter encore et encore! La vallée s'élargit de plus en plus et des vergers envahissent les côteaux, nous sommes au pays de la cerise... Il nous faudra donc revenir au printemps! On approche de Millau. Et tout à coup, Serge augmente la cadence sur une ligne droite. Son "super compteur joujou" lui indique 0%, l'envie lui prend de battre un record. Au premier essai la position de la chaîne  ne permet pas d'augmenter la vitesse. Mais au second essai, nous franchissons les 40 km/h avec notre remorque, sous les applaudissements des parapentistes! Nous achevons cette virée dans les Cévennes heureux ... prêts à repartir.

Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 15:19
Dernière sortie de l'année le jeudi 31 décembre 2009.

cerbèreDeux belles boucles sur les crêtes frontalières et la côte Vermeille avec 5 cols  nous attendent pour cloturer cette année exceptionnelle.
Le "moniteur-libraire" de Saint-Gaudens nous avait prévenus : "C'est casse-pattes ce coin!" Après notre troisième visite, on confirme, c'est comme le Pays Basque, cela descend et monte sans arrêt....
Départ de Port-Vendres, direction Banyuls, premiers kms sur la Route Nationale : col des Portes 76m et col de Père Carnera 67m. Les montées et les descentes s'enchaînent. Cap Cerbère. Col des Belistres 165m, Col de Frare 202m.
    Pour échapper à la Nationale et à ses tunnels, nous trouvons une petite route à notre goût : aucune circulation et agréable montée avec vues superbes  sur la côte Vermeille. Après Llança,  c'est plus plat et plus un seul nuage.
    A l'horizon la chaîne des Pyrénées apparaît avec le Canigou légèrement poudré. Ici les prairies sont vertes et ce contraste de couleurs est magnifique. La plaine est exploitée : oliviers, blé d'hiver et aussi élevages porcins... avec ses odeurs! Plus haut, les oliviers se mélangent aux chênes liège et les mas sont plus rares.
    Nous attaquons la montée au col de Banyuls aveccol de Banyuls quelques craintes. L'an dernier, même saison, versant nord, nous avons posé plus d'une fois pied à terre, essoufflés ou soufflés par les rafales de vent.. Le versant sud est différent, de ce côté nous devons enchaîner sur 5km montée de 9%, descente de 10%, remontée de 10%, redescente de 9%... Un vrai casse-pattes, mais au moins en descente on sait qu'on avance. Nous gagnons le col sans trop de difficultés, nous nous abritons au refuge CEC, magnifique belvédère.
    Col de Banyuls 363m. On y resterait bien pour la nuit, mais ce havre de paix pourrait bien se transformer après l'arrivée de quelques intrus. La descente versant est toujours aussi impressionnante, les freins chauffent... On s'enorgueillit quelque peu d'avoir gravi ce versant un an auparavant et on regrette de ne pas avoir notre tandem et son "super-chrono-alti" qui nous indiquerait le % de la pente. Le revêtement est excellent, heureusement, mais plus loin ce n'est pas le cas, les chaos de la route nous épuisent. Serge en profite pour faire une pause, pause-cueillette... ses mains s'en souviendront longtemps! Nous serons certainement les seuls à avoir dégusté ce soir-là de délicieuses figues de Barbarie. Réveillon aux fruits de mer à Port Vendres...


Le samedi 10 octobre 2010 et le dimanche 11 octobre 2010, depuis le centre équestre de Joué (Belin Beliet 33) nous réalisons 2 boucles dans le forêt landaise, hélas très abimée par les dernières tempêtes:

De Joué à Arcachon en aller retour avec beacoup de piste cyclable et un circuit autour de Joué: Hosteins, Biganon, Saugnac, Joué.

Le dimanche 4 octobre 2009, avec ma mère agée de 75ans, je retrouve le massif des Baronnies.
Circuit: Trébons, Bagnères de Bigorre, Col des Palomières 810m, Col de la Pède 685m, Bulac, Esconnets, Bulan, Bourg de Bigorre, Bonnemazon, Trébons. Très beau temps. Très belle journée. 55km.

Le samedi 5 septembre 2009, pour fêter la rentrée scolaire,
je réalise en solo le circuit suivant: Baurech, Cabanac, Hosteins, Villandraut, Roaillans, Langon, Baurech. Tout en Gironde. Très beau temps. 112km.

Le dimanche 9 août, passo de la Bernina 2328m.
 Pour clore cette campagne 2009 dans les Alpes, je gravis depuis le Sud, avec Véro, ce col Suisse, haut, à la pente constante (8% de moyenne), à la route étroite et fréquentée.



Le samedi 1er août, ascension de la Bonette.
Avec Véro, depuis St Sauveur (66), nous gravisssons ce seigneur des Alpes. Grand beau temps, paysages grandioses. Trois cols au menu: le col des Fourches 2261m le col de Raspaillon 2513m et le col de la Bonette 2715m.



Le jeudi 30 juillet, à partir de St Martin de Vésubie (66).
Journée de découverte des routes de la région. Nous réalisons une boucle en gravissant 8 cols: Turini 1607m, Cabanette 1372m, L'Orme 1005m, L'Ablé 1149m, Braus 2002m, Nice 412m, St Roch 991m et La Porte 1057m. Départ matinal à température agréable, remontée terminale sur St Martin par une température étouffante.

Le 23 juillet, col de Larche 1991
(04).
Courte mais superbe ascension de ce col au depart du village de Larche. Départ nocturne vers 5h30, route déserte, ambiance extraordinaire.



Le 18 juillet, col de  l'Echelle et du Montgenèvre.
Toujours depuis Briançon (05), ascension de ces deux cols accessibles, calme  et  magnifique pour le premier, fréquenté  et  boisé  pour le second. Avec Pierre et Rémi.

Le 17 juillet 2009, cols du Lautaret et du Galibier (05).
Depuis Briançon, nous gravissons ces magnifiques sommets reputés. Belles ascensions réalisées avec une petite pluie fine au départ et un temps froid et dégagé à l'arrivée. Avec Pierre  et Rémi.

Du 6 au 12 juillet, traversée à tandem de Perpignan (66) à Pau (64) en passant par 18 cols des Pyrénées (voir la rubrique "nos sorties en tandem).

Le jeudi 18 juin, cinq cols de la région de Lacaune (81).
Pendant que mon fils Pierre souffre aux Mines d'Albi, vers 11h, je laisse ma voiture au petit village de Roquecezière et file bon train jusqu'à la bourgade, endormie, de Lacaune. Au passage, je traverse, ou je gravis, 3 cols, sympathiques et accessibles: le col de Peyronnec 879m, le col de Sié 1006m et le col de la Croix de Deux Sous 890m. Puis c'est l'ascension, en aller retour, du col de Piquotalen 1010m et enfin la traversée du col de la Bassine 885m pour retrouver après une longue montée, ma voiture à Roquecezière. Journée en solo de 66km.

Le 7 juin, ascension ossaloise du Col de Marie Blanque (64). 
En ce jour de Fête des Mères, je gravis avec la mienne, agée de 75 ans, les cols du Pourteigt et de Marie Blanque, au départ de Rébénacq. Une belle journée de vélo, calme  et reposante.  53km.

Les 30, 31 mai et 1er juin. Week-end de Pentecôte à Temple sur Lot (47) pour le rassemblement multisports organisé par la 2FOPEN.
Premier jour, depuis la base de Temple, une boucle de 57km nous promène le long du Lot, son calme, ses cerises, ses côtes, jusqu'au tennis de Grate Combe. Le  second  jour, plus  vaillants, nous  traversons  plusieurs  bastides pour parvenir à celle de Monflanquin et revenir ensuite à notre base après 94km parcourus. Le troisième jour, peut-être payant nos efforts des jours précédents, au départ d'Aiguillon, nous découvrons bastide et château de Nérac pour 60km de bonheur. Avec Véro et Evelyne.


Les 21, 22 et 24 mai. Pont de l'Ascension. Trois jours dans le Béarn (64). 

 

Premier jour, une petite boucle de 30km pour s'échauffer dans les collines rurales autour de Morlàas. Le second, ascension depuis Nay du géant du Béarn, l'Aubisque 1709m et ses 17km de montée, suivie d'une géniale traversée, encore fermée à la circulation jusqu'au col du Soulor 1474m, pour une boucle de 100km. Et le troisième, un autre parcours, de 70km au départ de Lourdes, pour traverser, magnifiques et isolés, les cols de Spandelles 1378m, Couraduque 1367m, Couret 1360m et de  Serre 1461m. Avec  Véro.


Les 9 et 10 mai, une petite sortie dans le Lot et Garonne (47).

Depuis Agen, nous partons pour un samedi bucolique et rural. Les iris y ont des couleurs extraordinaires. Nous consacrons ensuite notre dimanche à découvrir la région de Fumel, les rives du Lot et le château de Bonaguil. Avec Véro.



Week end du 1er mai. Haute Soule (64).

Au départ de Tardets, trois journées magnifiques de vélo.
1er jour,
la montée sur le plateau  d'Ahusquy sous une pluie battante et l'ascension de 5 cols (Arangaitz (2), Ibarburia, Inharpu, Ilhareko.). 
2ème jour, la  terrible montée, avec la remorque, à  Iraty par les cols d'Orgambideska et de Bagarguiak.
3ème jour, une géniale traversée sur une toute petite route déserte qui nous  ramène à Ahusquy puis à Tardets en gravissant au passage 9 cols (Heguichouria, Arhansus, Burdin Olatze, Ibarburia, Inharpu, Ilhareko, Bestako, Apanice, Landerre). Avec Véro.


Les 11, 12, 13 et 14 avril 2009. Maroc.
Randonnée de Marrakech à Imlil en passant par les villes de Demnate et de Ouarzazate.

Formidable boucle de 4 jours sur les routes marocaines avec une suite de journées aussi differentes entre elles qu'extraordinaires. Ce fut d'abord l'étape de 85km de plaines et de lignes droites, rectilignes mais jamais monotones, entre Marrakech et Demnate. Ce fut ensuite l'étape de montagne avec deux cols magnifiques, le Tizi Oufti 2150m et le Tizi Feddrat 2500m, colorée par de nombreux paysages grandioses, terminée par une belle descente dans la nuit noire. Ce fut enfin l'étape de prestige, avec l'ascension du Tizi Tichka 2160m et duTizi Ait Imguer 1740m.
 Et pour le dernièr jour, une belle surprise avec l'ascension du Tizi Tachedirt 2280m, depuis Imlil, sur une piste ouverte quelques semaines plus tôt.
    Quatre journées inoubliables qui exigent une prochaine visite.
Avec Aimé, Jean François et Véro.






Samedi 4 avril 2009. Col de Tramassel (1650m) Hautacam.

La neige est encore là, impossible de s’attaquer à un grand col, pourtant l’envie est forte. Nous décidons de partir vers Hautacam: la route sera déneigée et peu fréquentée puisque la station est fermée. Nous laissons donc la voiture à Pontacq (64) pour débuter par 11km de route départementale, fréquentée, jusqu’à Lourdes (65). Puis nous empruntons "la Voie Verte des Gaves" jusqu’à Argelès Gazost: Une ancienne voie ferrée, transformée en  piste cyclable entre Lourdes et Peyrefitte-Nestalas. Nous prenons ensuite la direction de Hautacam. Au pied de la montéel, nous essuyons un petit coup au moral: le panneau indique 13km jusqu’à la station avec une  moyenne de 9%… Pas étonnant que le Tour de France finisse certaines de ses étapes ici !

Aucun répit sur toute la montée, les replats sont rares, le moindre calme annonce immanquablement quelques mètres plus loin, un  raidillon terrible. Mais le temps est favorable, le décor sublime et la route  peu passagère.

Le décompte kilométrique s’arrête à Hautacam, mais il nous reste encore 1,5km jusqu’au col de Tramassel. Au restaurant d’altitude, presque vide, nous retrouvons l’ancien gardien du refuge des Espuguettes. Il convoite nos vélos et notre duo…

Petite frustration pour Serge qui espérait accéder au col de Moulata. Échaudés par notre dernière tentative de col enneigé, nous en resterons là pour cette journée. La descente est encore longue et le retour vers la voiture ralentit par un vent (de face évidemment). Avant Lourdes, Serge s’arrête pour regarder la carte, voilà qui annonce une variante à "la Capdessus". Comme d’habitude, c’est le bon choix, nous évitons Lourdes et ses pèlerins en empruntant la route d’Aspin, plus bucolique et en franchissant le sympathique Col de Bescurts 515m.
Serge et Véro

Dimanche 29 mars. Région de Cambo les Bains.
Après une soirée arrosée et une nuit courte, je quitte seul Cambo vers 9h, remonte la vallée jusqu'à St Etienne de Baigorry. J'arrive juste à l'heure de la messe et sans hésiter, prends la direction de l'Espagne. Une belle montée de 8km et de 7% en moyenne, me mène au Col d'Ispeguy 632m. Je rentre par le même itinéraire. Peu de voitures sur cette route,  pas de conducteur agressif, 80 km parcourus, du beau temps, sec, un peu de vent, en un mot, le bonheur. 

 
Merc 25 mars. Bordeaux/ Baurech
Solo. Par St Caprais.22km

Mardi 24 mars. Bordeaux /Baurech. Solo. 21km en  40mn.

Dimanche 22 mars. Baurech (33) / Cestas.

Petit matin frais, ciel dégagé, route calme, en passant par Langoiran, je traverse la Garonne puis Cérons, Labrède, Léognan, pour arriver à Cestas. Avec Bruno M. 61km.


Samedi 14 mars et Dimanche 15 mars. 2 sorties depuis Buros (64).

Avec Véro, bien entendu. Le samedi, nous gravissons par le côté Ossalois, le col de Marie Blanque, descendons ensuite coté Aspois et retrouvons la voiture à Sevignacq après un magnifique retour par le bois du Bager d'Oloron. Et le dimanche, nous  faisons une belle boucle dans le nord du Béarn: Buros, Morlaas, Lembeye, Lucarré, St James et Buros. Deuxième sortie réussie avec la remorque. 115km au total.


Samedi 7 mars. Sortie dans les Pyrénées Atlantiques (64). 

Depuis Ciboure, nous montons rapidement au col d'Ibardin, court et  nerveux et basculons aussitôt sur Véra de Bidassoa pour gravir le col de Lizuniaga, désert et facile et filer ensuite pour un arrêt à Sare. Nous gravissons ensuite le modeste mais sympathique col de St Ignace pour plonger sur Ascain. N'ayant pas eu encore notre dose, nous remontons alors dans un aller retour, au col, pour retrouver Ciboure après un dernier retour en faux plats, face au vent, assez pénibles. Des nuages mais pas de pluie. Avec Dominique R. 


Samedi 28 février dimanche 1er mars. Week-end dans les départements du Tarn (81) et du Tarn et Garonne (82).

L'hiver se termine calmement et nous laisse decouvrir les petites  montagnes  de  la  région de  Vaour  avec  au  menu  les  cols  de  la  Liberté  et de  Pontraute,  la Commanderie de Vaour, les châteaux de Penne et  de Bruniquel, la cité de Cordes.  96km.  Véro et Serge.  


Mercredi 25 février 2009. De Buros à Garlin (64).

Avec ma mère, agée de 75 ans, je réalise cette facile randonnée dans les paysages ruraux et agricoles du Nord Béarn (Buros/ Morlaàs/ Sévignacq / Garlin / Sévignacq/ St Armou/ Serres Morlaas/ Buros). Beau temps sans nuages. Première sortie probante avec ma remorque de vélo. 71km.


Mardi 24 février 2009. Cols depuis Tardets (64).

En solo, je laisse ma voiture devant la mairie de Tardets et grimpe en 4km bien raides au col de Sustary 444m. Je descends sur Tardets et entame aussitot une redoutable montée sur le massif des Arbailles, montagnes rudes, pelées, désertes pas très accueillantes. Je passe en souffrant au col de Arangaitz. La neige et le brouillard défendent le site d'Ahusquy mais je gravis tout de même les cols de Ibarburia, Burdin Olatze et de Inharpu. Mais vraiment, sans Véro, ce n'est pas pareil.  58 km.

 

Vendredi 20 février 2009. Col du Somport (64).
Pour achever une semaine très ensoleillée en vallée d'Aspe, je
quitte Urdos(64), toujours accompagné de Véro, vers 14 heures. Drôle d'horaire pour un départ pourrait-on penser... Le temps est magnifique, la vallée toujours aussi belle, bien enneigée dans ses pentes supérieures. Au bord de la route, de nombreuses personnes, de la voix, nous encouragent et nous félicitent. Nous arrivons ainsi sans difficultés, au coeur de l'après-midi, au col du Somport. Grâce au matériel founi par nos amis de la DDE, je déneige le panneau sommital pour la photo. Puis c'est la descente froide mais moins glacée que celle, nocturne, de janvier 2008. Arrivés à Urdos, nous filons aussitôt vers le col de Redo, situé juste au-dessus d'Etsaut, mais nous ne pourrons l'atteindre, la neige nous stoppe en effet à 1 km du sommet.


Dimanche 1er février 2009. Port de Castets (64).
Toujours avec Véro, encore plus mon amie. Nous laissons ce matin la voiture à Herrère. Et de là, nous arrivons à Louvie-Juzon en passant par Ogeu et Arudy. Aujourd'hui, pas de refus, nous grimpons au Port de Castets qui se défend bien avec plusieurs kilometres à 8 ou 9 %. Ici tout est beau, même les chasseurs qui viennent de tuer un sanglier nous paraissent sympathiques.
Retour magnifique par l'extraordinaire route du Bager d'Oloron et sa forêt-cathédrale. Sur le retour, passage logique à Oloron et à ses Russes. Pour un total de 69km.


Samedi 31 janvier 2009. Col des Bouts (64).
Avec Véro, mon amie, nous partons de Buros vers 10h30 pour rallier Nay par les grandes routes de la plaine du Pont Long. Après un passage rapide dans cette petite ville béarnaise,  nous atteignons le col des Bouts en passant au pied des premiers reliefs pyrénéens. Le paysage est calme, magnifique, génial. Le col, pas très marqué, lâche cependant de belles vues sur la vallée d'Ossau enneigée et en particulier sur le secteur du rocher d'Aran. Nous descendons sur Louvie Juzon, abandonnons l'idée du Port de Castets et rentrons à Pau par Sévignacq, Gan, les Hauts de Bosdarros, Gelos et Pau pour un total de 91km parcourus.  

Jeudi 1er janvier 2009.  Dordogne.
Depuis Verteillac (24), nous roulons jusqu'au village de Grand Brassac dans des vastes paysages agricoles totalement déserts. Nombreux paysages vallonnés et quelques bonnes côtes. Avec Dominique R. 41km.


Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 22:20

 

Dimanche 18 janvier 2009

Départ peu matinal, on attend sagemment que le soleil réchauffe l’atmosphère et dégèle les routes. Si nous avions écouté la météo, ce week-end, nous serions restés à la maison. Bonne surprise au réveil, les montagnes enneigées scintillent, pas un nuage, un ciel bleu azur, un vrai décor de cartes postales.

Après l’aventure d’hier au Port de la Core (1395m), nous optons pour un objectif plus sage, le col de Sarailllé (942m). Nous ne sommes pas prêts d’oublier la journée d'hier:  à 1000m, la neige nous a obligé à mettre pied à terre, nous avons alors poussé le vélo pendant, au moins, 2km. Puis refusant toute capitulation, avant le col, nous avons abandonné nos machines dans la neige et continué avec nos chaussures de cycliste, à travers bosquets, raccourcis, pente à flan et corniche de neige pour atteindre le Port de la Core… Une aventure à la Capdessus…

Aujourd’hui direction diamétralement opposée: l’Est. Après Oust, nous quittons la route départementale qui mène à Aulus-les-Bains pour le col de Saraillé. La route est bordée de granges et de chalets, à l’architecture commune et bien locale. Tous sont rénovés et en excellent état. Les lacets s’enchaînent sans difficulté dans ce décor bucolique et sous une douce tiédeur. Devant moi, Serge s’arrête, il a repéré une aire de repos à ne pas manquer, avec vue imprenable sur le seigneur du Couseran, le Valier. Une pause contemplative s’impose. Cette aire, comme celle du Col de la Core, a été aménagée de panneaux originaux en fer forgé, chacun est équipé d’un  viseur orienté vers un col ou un sommet du secteur. Je ne me lasse pas de regarder le Valier. Je suis attachée à ce sommet : en 1993, je l’ai gravi pour la première fois. Ce fut ma première nuit en refuge, les Estagnous n’étaient pas rénovés et avaient moins de confort, mais bien plus de charme qu’aujourd’hui. Cet été-là, la montagne s’est imposée dans ma vie. Depuis régulièrement je monte au Valier en solo, pour redescendre par les crêtes de Barlonguère ou par l’étang de Milouga, dans une solitude que le monde entier peut m’envier. Excepté une fois, le gardien m’a prévenue que l’ours était  passé quelques jours auparavant vers Milouga… quelle angoisse toute la descente… (Voilà pourquoi je ne  m’engage pas pour la réimplantation de l’ours dans les Pyrénées.)

On a dû mal à quitter ce décor de rêve et cette douce tiédeur, car après cette aire, nous basculons sur un versant à l’ombre. La route est parfois enneigée et verglacée, mais nous ne posons pas pied à terre. Nous arrivons sans nous y attendre au col. Il est très peu marqué… Impossible de faire une photo avec le retardateur dans cette bouillasse. La descente est glaciale, le décor est plus gris, plus triste, les habitations moins entretenues. Nous choisissons de descendre vers Biert car Serge a évidemment repéré d’autres cols !

Avant le pont de Biert (590m), nous bifurquons à gauche vers le col de Bidal. La route est plus étroite et plus raide, bien à notre goût ! Malheureusement je dois poser pied plusieurs fois pour vérifier mon pneu arrière. Hier en fin de journée, mon pneu avant n’a pas résisté à un nid de poule. Serge s’est occupé de la réparation avec brio, ce qui nous a évité de rentrer à la nuit. En fait, il me faudra le regonfler souvent dans la journée, mais nous échapperons à la réparation. Je me garde cette corvée pour la maison, il serait temps que je m’y mette, je n’aurai pas toujours un galant serviteur !!!

Au col de Bidal (777m): une grange, un puits, vraiment aucun col ne se ressemble ! Ici, c’est un terminus de route pour les cyclistes que nous sommes. On pose l’appareil photo sur le piquet de la clôture-barbelée pour la photo au retardateur. On repart aussitôt pour un col voisin repéré dans la montée : le Col de Boulogne, une route sans issue qui mène à un hameau habité, par de grands solitaires vraisemblablement…

Nous traversons Biert, Serge ressent une petite frustration devant le panneau "Col de la Crouzette". Le soir même, en traversant Rimont en voiture, nous aurons la confirmation que le détour eut été fort long ! Nous repérons l’itinéraire de cet été pour notre traversée des Pyrénées et nous cherchons un café. Un habitant nous en indique un au prochain village, dans un virage,  un café qui ne ressemble pas un café… encore une originalité à ne pas manquer…

La descente jusqu’à Castet d’Aleu est rude : à droite la rivière humide et bouillonnante, à gauche les affleurements recouverts de stalactites de glace. En traversant ce village glacial et désert, je n’espère plus le café. Serge plus tenace, le déniche. C’est en fait une maison-café-épicerie comme il n’en existe plus… On hésite à rentrer, on a l’impression d’être chez l’habitant, mais la vitrine à bouteilles (Ricard, Whisky, Armagnac…), le plateau de verres, la porte de l’épicerie, nous confirment qu’on est bien dans un café. Original certes. On prend place sur la grande table, face à la cheminée. Le café est  réchauffé dans une casserole sur une gazinière. Ici pas de micro-ondes ! Je suis remplie d’émotions dans ce lieu qui me rappelle l’épicerie de mes grands-parents, le café de ma tante, que je n’ai pourtant jamais vu en activité. Mais combien de fois avec mes sœurs nous avons joué à l’épicière ou à la serveuse avec ses objets poussiéreux dans un décor identique. Tout me rappelle mon enfance : la sonnerie du téléphone, le tic tac de la pendule, les bibelots sur la cheminée, la cuisinière en fonte, le tabouret dans l’âtre…Le fils des propriétaires nous raconte la vie de ses parents, aujourd’hui âgés de plus de 80 ans, une vie dévouée au service du village, tous les jours de l’année, café et épicerie ouverts, malgré, au fil des ans, le dépeuplement de cette vallée. Qui saurait en faire autant de nos jours ? Cette année ce sera la retraite enfin méritée. Le fils ne s’imagine pas prendre leur succession, il sera lui aussi à la retraite cette année, mais inimaginable pour lui de rester sept jours sur sept dans cette pièce, à attendre le client, "ce serait finir à l’asile"… On pose mille questions sur la vie dans la vallée, il fait bon autour de ce feu, mais il nous faut repartir.
    Il serait indécent de sortir l’appareil photo, alors avant de quitter ce lieu si attachant, je regarde les moindres détails pour les crayonner à la maison. On promet de repasser cet été pour notre traversée…
    Sur les  derniers kilomètres, nous partageons nos chers souvenirs d’enfance, emplis d’objets du passé… oubliés, abandonnés par une autre génération.
Véro, le 3 février 2009.

 

 

 

 

Repost 0
Serge Capdessus - dans Vélo
commenter cet article